eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Finlande » Droit et religion » Dispositions » Biodroit et sphère de l’intime

Biodroit et sphère de l’intime

La loi sur les inhumations

Les enterrements sont réglementés par un texte spécifique, préparé en même temps que la loi sur la liberté religieuse (2003). L’objectif de la loi sur les inhumations est de garantir la liberté de (...)

Les enterrements sont réglementés par un texte spécifique, préparé en même temps que la loi sur la liberté religieuse (2003). L’objectif de la loi sur les inhumations est de garantir la liberté de religion et de conscience lors des funérailles, et de s’assurer du respect dû à la mémoire du défunt. La disposition principale de la loi vise à garantir dignité et respect lors du traitement du corps et des cendres et dans l’entretien du cimetière.
D’après la loi sur les inhumations, les cimetières luthériens continuent à servir de cimetières "généraux" où peuvent également reposer les personnes non membres de l’Eglise luthérienne. Un lieu d’inhumation doit être mis à disposition à la demande de non-membres dans un espace non confessionnel séparé. D’après la nouvelle loi, les frais d’inhumation doivent alors être calculés sur la même base. La plupart des plus de 1100 cimetières en Finlande appartiennent à l’Eglise luthérienne. Il y a aussi des cimetières orthodoxes, principalement dans la partie orientale de la Finlande. Les cimetières musulmans sont peu nombreux mais leur nombre augmente ; un cimetière juif existe à Helsinki.

Mis en ligne par Tommi Heino

D 25 mai 2017    AKimmo Kääriäinen

Circoncision, abattage et vêtement

L’excision féminine est strictement interdite en Finlande, tandis que la circoncision masculine fait débat. En 2015, le ministère des Affaires sociales et de la Santé a publié une directive qui énonce (...)

L’excision féminine est strictement interdite en Finlande, tandis que la circoncision masculine fait débat. En 2015, le ministère des Affaires sociales et de la Santé a publié une directive qui énonce qu’une circoncision non médicale peut être pratiquée par un médecin dans des conditions stériles et avec un traitement antidouleur. Si le garçon comprend lui-même l’opération et ses conséquences, elle ne peut être pratiquée sans son consentement. Cependant, la Cour suprême a rendu deux décisions en 2016 concernant la circoncision des garçons. Dans l’autre cas, le tuteur a été reconnu coupable de mauvais traitements, dans l’autre cas, les parents ont été acquittés de l’accusation. La Cour suprême décrète : "La circoncision d’un garçon avec des raisons autres que médicales, même si elle est faite médicalement correctement, répond aux éléments de la maltraitance." (KKO:2016:25). Cependant, on peut également trouver des effets positifs pour l’enfant, comme l’appartenance à une communauté sociale et la construction de son identité en tant que membre de ladite communauté. Le statut juridique de la circoncision masculine n’est toujours pas clair.

L’abattage religieux selon la pratique juive ou islamique est contrôlé. L’animal doit être étourdi avant l’abattage et l’ensemble de la procédure doit se dérouler dans les quatre abattoirs agréés en présence d’un vétérinaire de l’autorité finlandaise de sécurité alimentaire.

L’utilisation de vêtements traditionnels, comme le foulard pour les musulmans ou le turban sikh, donne souvent lieu à des négociations au niveau local sur les lieux de travail. Ces négociations sont normalement résolues par accord mutuel, et il n’existe pas de loi spécifique régissant le droit de porter des vêtements religieux. L’employeur peut restreindre l’habillement d’une personne - sans qu’il s’agisse de discrimination - dans des cas spécifiques, par exemple pour les juges, les soldats, la police, les chirurgiens, etc. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une question de sécurité au travail ou de possibilité de se distinguer de la foule.

D 3 juillet 2017    ATommi Heino

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2021 eurel - Contact