eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Danemark » Questions et débats actuels » Archives des débats

Archives des débats

2020

D 10 décembre 2020    ALene Kühle

2019

D 17 mai 2019   

2018

D 20 juin 2018   

2016

Juin 2016 : Rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté de religion et de conviction : le Danemark ne va potentiellement "pas dans le sens de la compréhension moderne de la liberté de religion ou de (...)

  • Juin 2016 : Rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté de religion et de conviction : le Danemark ne va potentiellement "pas dans le sens de la compréhension moderne de la liberté de religion ou de conviction"

Du 13 au 22 mars 2016, le rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté de religion et de conviction, le Dr Heiner Bielefeldt, s’est rendu au Danemark dans le cadre de son mandat permanent et d’invitation à identifier les obstacles existants et émergents à la jouissance du droit à la liberté de religion ou de conviction, ainsi qu’à présenter des recommandations sur les moyens de surmonter ces obstacles. Lors de sa visite, M. Bielefeldt a consulté des hommes politiques, des universitaires, des défenseurs des droits de l’homme, des représentants de l’Église et des dirigeants de minorités religieuses.
Le 22 mars, il a publié ses conclusions préliminaires. Celles-ci peuvent servir d’excellente mise à jour sur la situation danoise en ce qui concerne les réfugiés et les minorités musulmanes. Ceci, non seulement parce que le Dr Bielefeldt aborde ces questions dans son rapport préliminaire, mais parce que ces questions représentent des sujets brûlants dans le discours et le débat danois. Le gouvernement danois est actuellement (c’est-à-dire, après le rapport) en train d’étudier la possibilité de renforcer la législation sur la liberté religieuse et la liberté d’expression, questions qui préoccupent le plus le rapporteur spécial des Nations unies par rapport à la liberté de religion et de conviction.
Bien que Bielefeldt note que le système danois est évidemment non égalitaire et, pour des raisons historiques et pragmatiques, privilégie l’Église du Danemark, certaines questions importantes concernant les questions de pratique et d’enseignement sont « des exemples d’une compréhension peut-être trop étroite de ce que la religion peut impliquer et, par conséquent, de ce que la liberté de religion en tant que droit humain devrait couvrir ».
Sur les événements récents impliquant directement la liberté de religion et d’expression, le Dr Bielefeldt observe que : « Les interlocuteurs musulmans ont exprimé leur consternation face aux réactions rapides de certains hommes politiques après la diffusion récente d’un documentaire télévisé (« Sous le voile de la mosquée ») qui avait démasqué certaines opinions extrémistes existantes chez certains imams au Danemark. Sans nier que cet extrémisme religieux justifie une réponse politique claire, les musulmans ont été pris de court par la promptitude de réactions rhétoriques dures qui, d’une certaine manière, ont visé les communautés musulmanes dans leur ensemble, par exemple en gelant un projet de construction de mosquées. En outre, certains hommes politiques de premier plan ont fait des déclarations énigmatiques sur la fin des politiques de tolérance sans préciser ce que cela signifie. En discutant de telles expériences, j’ai également ressenti des inquiétudes chez les musulmans quant au fait que les nouvelles règles actuellement élaborées concernant la reconnaissance des communautés religieuses puissent à l’avenir être utilisées pour dépouiller les communautés musulmanes du statut qu’elles ont acquis au Danemark ou pour développer un nouvel outil de contrôle des religions et en particulier de l’islam. Cela illustre la nécessité d’un dialogue et d’un renforcement de la confiance entre les institutions étatiques et les organisations musulmanes pour éviter un climat de suspicion croissante. »
D’un point de vue critique, le Dr Bielefeldt note que « Certaines des remarques faites par des hommes politiques de premier plan en réaction au documentaire télévisé pourraient hypothétiquement indiquer un retour politique à une compréhension littérale de l’article 67 de la Constitution, y compris sa clause limitative de grande envergure selon laquelle « rien de contraire aux bonnes mœurs ou à l’ordre public ne sera enseigné ou fait ». Comme mentionné au début, cependant, cela ne serait pas conforme à la conception moderne de la liberté de religion ou de croyance, qui ne donne pas carte blanche aux législateurs pour imposer des limitations chaque fois que des intérêts « d’ordre public » peuvent être en jeu. Pour que les limitations soient justifiées, un ensemble beaucoup plus raffiné de critères doit être rempli afin de garantir que les limitations restent toujours des exceptions à la règle selon laquelle les êtres humains doivent exercer leurs droits à la liberté, y compris dans le domaine de la religion ou de la croyance. »

  • Mars 2016 : Mosquées et islam radical

En mars 2016, la chaîne de télévision danoise TV2 a diffusé un documentaire en trois parties intitulé Mosques behind the Veil (les mosquées derrière le voile). Utilisant des caméras cachées et des enquêteurs sous couverture, le documentaire affirme que certaines mosquées du Danemark travaillent contre les politiques d’intégration, et qu’une société parallèle est en train de se construire dans les mosquée et les milieux qui les entourent. Ce documentaire controversé a suscité d’importants débats politiques et sociaux. Le gouvernement a proposé un programme de lutte contre la radicalisation des imams, qui devrait être mis en place au cours de l’année 2016.

D 7 avril 2016    ANiels Valdemar Vinding

2015

Septembre 2015 : les 10 ans de la controverse des caricatures danoises de Mahomet
Aujourd’hui, le 30 septembre 2015, marque les 10 ans de la publication de 12 caricatures éditoriales dans le (...)

  • Septembre 2015 : les 10 ans de la controverse des caricatures danoises de Mahomet

Aujourd’hui, le 30 septembre 2015, marque les 10 ans de la publication de 12 caricatures éditoriales dans le quotidien Jyllands-Posten. À l’origine, les caricatures avaient été commandées pour tenter de contribuer au débat sur la critique légitime de l’islam, la liberté d’expression et l’autocensure. Les dessins étaient accompagnés d’un article du rédacteur en chef de la section consacrée à la culture, Flemming Rose, intitulé « Le visage de Mahomet ». Rose écrivait le 30 septembre 2005 :

« Certains musulmans rejettent la société laïque moderne. Ils exigent un statut spécial, insistant sur une considération particulière de leurs propres sentiments religieux. Cela est incompatible avec la démocratie contemporaine et la liberté d’expression, où l’on doit être prêt à tolérer les insultes, la moquerie et le ridicule. Ce n’est certainement pas toujours plaisant, ou agréable à regarder, et cela ne signifie pas qu’il faille se moquer à tout prix des sentiments religieux, mais c’est d’une importance mineure dans le contexte actuel. ... nous nous dirigeons vers une pente glissante où personne ne peut dire comment s’arrêtera l’autocensure. C’est pourquoi Morgenavisen Jyllands-Posten a invité les membres du syndicat des caricaturistes danois à dessiner Mahomet comme ils le voient. »

Aujourd’hui, le débat se poursuit au Danemark et se concentre sur trois points : premièrement, quel est l’état de la liberté d’expression aujourd’hui au Danemark, en particulier en ce qui concerne la religion ; deuxièmement, les éditeurs devraient-ils publier à nouveau les caricatures à l’occasion de leurs 10 ans ; troisièmement, les enseignants des écoles primaires et secondaires devraient-ils montrer les caricatures et les intégrer à l’enseignement sur l’histoire récente du Danemark ?

Ce matin, le journal Jyllands-Posten a publié exactement la même page et le même texte qu’il y a dix ans, mais cette fois-ci, les 12 caricatures ont été censurées, ne laissant qu’un aperçu de leur emplacement originel. Le texte de Flemming Rose susmentionné est resté. Aucun des principaux journaux danois n’a republié les caricatures, bien que la plupart l’aient déjà fait, et les arguments des rédacteurs en chef sont différents, même si vaguement liés. Certains disent que le risque pour la sécurité et la vie humaine l’emporte sur la valeur journalistique d’une nouvelle diffusion des dessins. D’autres affirment que cela fait partie de l’histoire et que les gens peuvent rechercher les caricatures par eux-mêmes, s’ils veulent les voir. Malgré cela, il convient de noter qu’Information, un journal essentiellement intellectuel, consacre cinq pages, dont un éditorial, aux caricatures. Berlingske Tidende, un grand quotidien danois, consacre six pages à l’événement, tandis que le Jyllands-Posten lui dévoue 15 pages, y compris l’éditorial et la tribune. Le sentiment général semble être que les caricatures restent dangereuses. Cela suscite des débats parmi les critiques et les politiciens, en particulier en ce qui concerne la liberté d’expression face au fondamentalisme islamique.

Naser Khader, politicien danois d’origine syrienne, membre conservateur du parlement et figure clé de la défense de la démocratie et de la liberté d’expression en 2005 et 2006, plaide fortement en faveur d’une nouvelle diffusion des caricatures. « Les caricatures sont pour moi le symbole de la liberté d’expression face à l’absence de liberté […] Il faut se rappeler que seulement 14 % de la population mondiale jouit d’une liberté d’expression totale. C’est pourquoi il est important de les défendre. Est-ce une provocation inutile ? Non, c’est une célébration. » (« Une affaire éternelle », Berlingske Tidende, 20 septembre 2015). Dans le cadre de cette célébration, Naser Khader avait promis de publier les caricatures sur sa page Facebook, ce qu’il a fait.

Pour Frederik Stjernfeldt, professeur à l’Université de Copenhague,

« La plupart des médias occidentaux ont désormais peur de pratiquer la satire religieuse, surtout lorsqu’elle concerne l’islam. Aujourd’hui, très peu de journaux au Danemark font des caricatures de l’islam, et seulement à des occasions bien spéciales. Les caricatures des prophètes ne sont pas vues. C’est une terrible conséquence de la crise de Mahomet. Les religions ne devraient pas bénéficier de droits spéciaux. » (« La crise de Mahomet a divisé l’opinion publique », Information, 25 septembre 2015)

Stjernfeldt développe ses remarques dans le numéro d’Information d’aujourd’hui, et demande, au nom d’une liberté d’expression qualifiée,

« … la réimpression coordonnée d’éléments controversés dans de nombreux journaux et médias - cela pourrait, par exemple, se produire ici à l’occasion du 10e anniversaire. Si tout le monde imprime solidairement, personne ne se retrouvera dans la ligne de mire des terroristes… » (« Dix ans après les caricatures de Mahomet : fondamentalisme et culture de la violation », Information, 30 septembre 2015).

Dans ce contexte, il convient de noter que 93 pour cent des musulmans danois pensent que Jyllands-Posten a eu tort de publier les dessins controversés. Pour l’ensemble de la population, 57,6 pour cent estiment que le Jyllands-Posten a eu raison d’imprimer les dessins, comparativement à 47 pour cent qui avaient le même sentiment en 2006. (« Les musulmans danois restent défavorables aux caricatures de Mahomet », Copenhagen Post, 30 septembre 2015).

Le débat sur la liberté d’expression se poursuit et se concentre actuellement sur la question de savoir si les enseignants danois devraient montrer les caricatures dans le cadre du programme scolaire. Le journal Berlingske Tidende cite un sondage selon lequel 57 pour cent des Danois sont d’accord pour que les élèves du primaire et du secondaire voient ces caricatures dans le cadre de leur formation scolaire. Claus Hjortsdal, chef de l’organisation des directeurs d’écoles, s’y oppose : « Eh bien, aujourd’hui, les écoles ne grouillent pas de terroristes. Mais certains élèves sont plus fondamentalement enclins que d’autres. Cela vaut pour certains élèves musulmans, mais aussi, dans une large mesure, pour des chrétiens de la Mission Intérieure, des juifs et des confesseurs d’autres religions. Les caricatures seraient une provocation facile, et cela n’est pas le rôle de l’école. » (« Danois : Montrez les caricatures à l’école », Berlingske Tidende, 20 septembre 2015). En mars 2015, l’association des écoles publiques pour les enseignants religieux, la Religionslærerforeningen, a insisté pour que les caricatures controversées de Mahomet fassent partie du programme scolaire public le plus rapidement possible. Plusieurs partis politiques – y compris les sociaux-démocrates, le parti populaire danois (DF) et les conservateurs – ont exprimé leur soutien à cette idée, à des degrés différents. (« Les politiciens souhaitent que les caricatures de Mahomet fassent partie du programme scolaire », Copenhagen Post, 6 mars 2015).

Niels Valdemar Vinding
  • Mars 2015 : attentats à Copenhague

Les 14 et 15 février 2015, deux attentats ont eu lieu à Copenhague. La première attaque a eu lieu sur le site culturel de Krudttønden, où se déroulait un événement intitulé Kunst, Blasfemi og Ytringsfrihed (« Art, blasphème et liberté d’expression »). L’événement a été organisé par le comité Lars Wilks. Le dessinateur suédois Lars Wilks, impliqué dans une controverse concernant les dessins de Mahomet, a assisté à l’événement. Une personne a été tuée au cours de l’attaque. L’agresseur a fui la zone. La deuxième attaque a eu lieu à la synagogue peu après minuit. Un garde de la synagogue a été abattu par balle. Suite aux deux attaques, un suspect nommé a été identifié, puis abattu par la police. L’agresseur présumé n’a donc jamais été jugé. Ses motivations étaient soi-disant liées à des opinions radicalisées. Les attentats et la réaction de la police, en particulier en ce qui concerne la protection de la synagogue, ont suscité des discussions sur la protection des minorités religieuses en général et de la communauté juive en particulier, en relation avec les attaques qui ont précédemment eu lieu à Paris.

Marie Vejrup Nielsen

D 22 octobre 2015    AMarie Vejrup Nielsen ANiels Valdemar Vinding

2014

Février 2014 : des modifications des procédures d’abattage des animaux provoquent un débat impliquant les minorités religieuses au Danemark
Une interdiction de l’abattage des animaux sans (...)

Février 2014 : des modifications des procédures d’abattage des animaux provoquent un débat impliquant les minorités religieuses au Danemark

Une interdiction de l’abattage des animaux sans étourdissement préalable, à savoir sans insensibilisation de l’animal avant la mise à mort, a fait l’objet d’un débat en 2013. Le ministre de l’Agriculture a proposé que cette pratique soit interdite, et l’interdiction a été mise en application le 17 février 2014.
Ces nouvelles réglementations sont résumées sur le site Internet du ministère (en danois) :

« Le 17 février 2014, un décret imposant l’étourdissement préalable avant l’abattage pratiqué selon des préceptes religieux a été mis en application. Selon ces réglementations, l’abattage des animaux selon un rituel religieux est autorisé à condition que l’animal soit d’abord étourdi. De nombreux animaux sont abattus selon le rite halal au Danemark, mais cela n’a pas été fait sans étourdissement préalable depuis les dix dernières années. Avec cette nouvelle réglementation, le Danemark s’inscrit dans le sillage d’un certain nombre d’autres pays européens, dont la Norvège et la Suède, qui ont des dispositions similaires sur l’étourdissement préalable à l’abattage. L’importation de viande d’animaux abattus sans étourdissement préalable reste autorisée. »

Le débat médiatique sur l’interdiction a principalement abordé des questions relatives aux minorités religieuses, notamment juive et musulmane, de même que l’accès de ces groupes à de la viande issue d’animaux abattus conformément à leurs rituels religieux. Les mandéens, une très petite minorité, sont également concernés par le débat. Les mandéens sont les seuls à avoir fait précédemment une demande officielle d’autorisation pour l’abattage sans étourdissement préalable. Selon les médias, aucun groupe musulman ou juif n’a fait de demande officielle. L’un des arguments en faveur de l’interdiction est qu’elle n’affecte pas la vie de ces groupes, puisqu’ils ne pratiquaient de toute façon pas cette méthode d’abattage désormais interdite. En réponse au débat, le ministre a affirmé que la modification de la loi était principalement liée à des considérations relatives au bien-être des animaux. En outre, il a souligné que l’interdiction ne concernait pas l’ensemble de la procédure d’abattage rituel, mais uniquement la question spécifique de l’absence d’insensibilisation.
Ces discussions peuvent être rattachées aux débats en cours sur la viande halal dans les institutions publiques au Danemark. Ils font suite à la crise de 2013 dite « crise des boulettes de viande », au cours de laquelle la question de la viande de porc servie dans les institutions publiques, comme les écoles maternelles et les hôpitaux, a été soulevée. La réaction internationale s’est concentrée sur la protection des droits des minorités religieuses, comme le montrent les articles dont les liens sont indiqués plus bas.

Pour les articles concernant le débat médiatique, voir :
- ethik (en danois, titre en anglais « Ritual slaughter – the Minister does not understand criticism of ban »),
- Berlingske (en danois, titre en anglais : "Ban on slaughter received well by Venstre" [Danish Liberal Political Party])
- le Jerusalem Post (en anglais).

According to the media debate, no Muslim or Jewish groups have applied, and one of the arguments of the ban has therefore been that it will not affect the lives of these groups since they were not relying on the now banned slaughtering practice

D 3 mars 2014    AMarie Vejrup Nielsen

2013

7 mars 2013 : Les athées de Copenhague veulent être enterrés dans un carré non religieux
L’association athée Ateistisk Selskab* lance une pétition pour faire pression sur le conseil municipal de (...)

  • 7 mars 2013 : Les athées de Copenhague veulent être enterrés dans un carré non religieux

L’association athée Ateistisk Selskab* lance une pétition pour faire pression sur le conseil municipal de Copenhague, dont la prochaine réunion se déroulera l’été prochain, afin qu’il prévoie les fonds nécessaires pour la création d’un carré réservé aux athées dans le cimetière de Vestre Kirkegård, le plus grand de la ville. Un terrain de 6000 mètres carrés leur avait déjà été attribué en 2008 mais le projet, peu populaire auprès des instances politiques, n’avait pas abouti faute de financement. Ce terrain est aujourd’hui abandonné. L’association souligne que chaque année 6500 habitants de Copenhague quittent l’Eglise du Danemark et que moins de 50 % des nouveaux-nés sont inscrits dans ses registres. Elle insiste sur le respect de la diversité de croyances. Le cimetière possède déjà un carré juif et un carré musulman. Les athées souhaitent être enterrés comme ils ont vécu, à savoir libérés de la religion.

* Il s’agit de la plus grande association de non croyants du Danemark (1100 membres en août 2012). Créée en 2002, elle se veut apolitique et fait partie du réseau « Atheist Alliance International ».

Pour en savoir plus : The Copenhagen Post, 7 mars 2013.

D 11 avril 2013   

2007

2 novembre 2007 : Le médiateur critique le ministre danois des Affaires ecclésiastiques
Le médiateur (ombundsmand) danois Hans Gammeltoft-Hansen critique le ministre danois des Affaires (...)

  • 2 novembre 2007 : Le médiateur critique le ministre danois des Affaires ecclésiastiques

Le médiateur (ombundsmand) danois Hans Gammeltoft-Hansen critique le ministre danois des Affaires ecclésiastiques [Kirkeministeriet] et l’évêque de Viborg Stift, dans un communiqué de presse du 2 novembre 2007, pour avoir démis un prêtre de ses fonctions. Ce prêtre avait accepté de l’argent (un héritage) de la part de membres de sa paroisse, et bien que l’évêque n’ait pu trouver aucune trace d’agissement illégal, il décida de démettre ce prêtre de ses fonctions de responsable de paroisse car il n’avait plus la confiance de l’évêque et des paroissiens. Cette décision fut ensuite approuvée par le ministre des Affaires ecclésiastiques. Aucune charge criminelle n’a été retenue contre ce prêtre. Le médiateur a critiqué cette décision, disant que le licenciement du prêtre l’avait stigmatisé, mais que le refus de porter l’affaire devant une cour de justice ne lui laissait aucune possibilité de prouver son innocence.

Le communiqué de presse peut être lu sur le site du médiateur (en danois).

  • 5 novembre 2007 : L’enregistrement des nouveau-nés via l’Eglise nationale n’est pas considéré comme discriminatoire envers les non membres

Le 5 novembre 2007, la cour suprême danoise a décidé que les lois actuelles concernant le subventionnement direct de l’Etat à l’Eglise nationale danoise et le fait que les nouveau-nés doivent tous être enregistrés dans les bureaux de la paroisse locale (sauf dans le Jutland du sud) n’était pas contraire à la Convention européenne des droits de l’homme. Un catholique avait porté le cas devant la Cour suprême : il estimait discriminatoire de financer l’Eglise nationale à travers ses impôts en n’étant pas membre de cette Eglise. Il estimait également discriminatoire d’enregistrer la naissance de sa fille dans le registre central des personnes via un bureau de l’Eglise nationale danoise.

Selon la Cour suprême, l’enregistrement des nouveau-nés via l’Eglise nationale est une fonction non religieuse de l’Eglise au profit de l’Etat danois et n’est de ce fait pas discriminatoire envers les non membres. De même, les sommes payées par les non membres par le biais des taxes à l’Eglise nationale ne sont pas discriminatoires pour deux raisons : d’une part, les services fournis à l’Etat par l’Eglise (comme l’enregistrement des nouveau-nés et les services funèbres) ne sont pas payés par l’Etat. D’autre part, payer des impôts dont une partie sert à subventionner l’Eglise d’Etat ne limite pas la liberté religieuse des non membres car il s’agit d’un soutien indirect (contrairement à l’impôt ecclésiastique).

D 15 novembre 2007   

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2022 eurel - Contact