eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Allemagne » Questions et débats actuels » 2021

2021

Une solution en vue pour la formation des imams et des aumôniers musulmans en Allemagne ?

Mars 2021
Les demandes de mise en place d’une aumônerie musulmane (dans les hôpitaux, les prisons, l’armée ou la police) se font de plus en plus pressantes en Allemagne depuis le début des années (...)

  • Mars 2021

Les demandes de mise en place d’une aumônerie musulmane (dans les hôpitaux, les prisons, l’armée ou la police) se font de plus en plus pressantes en Allemagne depuis le début des années 2010. Alors que, depuis 2020, des rabbins peuvent être recrutés pour une durée de six ans comme contractuels dans l’aumônerie militaire allemande - à la suite du traité signé le 20 décembre 2019 entre l’État fédéral et le Conseil central des Juifs en Allemagne (Il s’agit d’une question éminemment délicate vu les réserves importantes au sein du judaïsme allemand en lien avec la Shoah et l’implication de la Wehrmacht dans le génocide des juifs durant la Seconde Guerre mondiale) -, il n’y a pas à ce jour d’aumôniers musulmans dans l’armée allemande (Bundeswehr). Des soldat(e)s de confession musulmane, de nombreuses associations islamiques tout comme des universitaires y voient une injustice et une discrimination. Des aumôniers musulmans sont certes présents dans d’autres institutions publiques, mais leur nombre reste largement insuffisant. L’Eglise catholique et l’Eglise protestante ont professionnalisé, quant à elles, la formation de leurs aumôniers depuis plusieurs décennies, mais ce n’est guère le cas pour l’islam qui ne dispose pas d’aumôniers musulmans professionnels. Or, la formation des aumôniers musulmans représente un enjeu majeur pour les acteurs musulmans comme pour les pouvoirs publics. Des instituts privés de formation ont ainsi poussé comme des champignons ces dernières années. S’il n’y a pas de formation universitaire requise pour les imams dans l’islam, il convient toutefois de mentionner le collège pour l’islam (Islamkolleg) d’Osnabrück, créé en 2019, qui va proposer à partir d’avril 2021 un cursus de formation (pratique) en langue allemande destiné à de futurs imams, aumôniers, pédagogues musulmans…, ouvert également aux étudiantes. Il s’agit d’un projet indépendant, financé par le ministère fédéral de l’Intérieur et le ministère des Sciences et de la culture de Basse-Saxe. L’un des objectifs vise à assurer la formation d’imams et d’aumôniers musulmans en dehors de toute influence étrangère, étant donné que parmi les plus de 2000 imams résidant sur le sol allemand, une majorité est envoyée pour une durée déterminée par des pays étrangers, dont principalement la Turquie.

Voir : Deutschlandfunk Kultur, Norddeutscher Rundfunk, Quantara.de.

D 3 mars 2021    ASylvie Toscer-Angot

Nouveau scandale d’abus sexuels dans le diocèse de Cologne

Mars 2021
Un rapport indépendant (de près de 800 pages), commandé par le diocèse de Cologne et rendu public le 18 mars 2021, met en cause 202 membres du clergé et des laïcs de ce diocèse pour des (...)

  • Mars 2021

Un rapport indépendant (de près de 800 pages), commandé par le diocèse de Cologne et rendu public le 18 mars 2021, met en cause 202 membres du clergé et des laïcs de ce diocèse pour des violences sexuelles infligées à 314 mineurs – âgés de moins de 14 ans pour plus de la moitié d’entre eux – entre 1975 et 2018. Ce rapport a mis hors de cause l’actuel archevêque de Cologne, le cardinal Rainer Maria Woelki, contrairement à son prédécesseur, le cardinal Joachim Meisner, décédé en 2017. Le cardinal Rainer Maria Woelki n’en est pas moins accusé d’avoir géré ces scandales sexuels au sein de son diocèse de manière calamiteuse. L’an passé, il avait refusé de rendre public un premier rapport sur ces questions – commandé par ses soins à un cabinet d’avocats de Munich – sous prétexte notamment de protection de données personnelles. Le juriste Björn Gercke, rapporteur du présent dossier, a déploré de graves lacunes dans les archives mises à disposition pour établir le rapport.

En lien direct avec ce nouveau scandale, le diocèse de Cologne pourrait connaître l’une des plus fortes vagues de sorties d’Église de son histoire. Le tribunal administratif de Cologne vient d’accroître ses capacités d’accueil afin de faire face à l’afflux de demandes qui se dessine dans les semaines et les mois à venir. Depuis les révélations d’abus sexuels au sein du catholicisme allemand il y a une dizaine d’années, l’Église catholique en Allemagne a perdu plus de deux millions de membres. Un rapport commandé par l’Église catholique, rendu public en septembre 2018, avait révélé que 3677 enfants ou adolescents avaient été victimes entre 1946 et 2014 d’abus sexuels commis par plus d’un millier de membres du clergé, dont la plupart n’ont pas été sanctionnés. Harald Dressing, professeur à l’institut de psychologie de Mannheim et coordinateur de l’étude, avait estimé qu’il s’agissait de « l’estimation la plus basse ».

Voir Deutsche Welle et Deutschlandfunk.

D 25 mars 2021    ASylvie Toscer-Angot

La fronde des prêtres allemands qui bénissent des couples homosexuels

Mai 2021
Défiant le Vatican, une centaine de prêtres allemands ont lancé le week-end du 9 mai – une semaine avant la journée mondiale de lutte contre l’homophobie – une campagne de bénédictions de (...)

  • Mai 2021

Défiant le Vatican, une centaine de prêtres allemands ont lancé le week-end du 9 mai – une semaine avant la journée mondiale de lutte contre l’homophobie – une campagne de bénédictions de couples homosexuels, qui s’inscrit dans l’initiative appelée « L’amour l’emporte » (Liebe gewinnt). Cette dernière a vu le jour en réponse à la note de la Congrégation pour la doctrine de la foi, publiée en mars dernier, qui rappelait le caractère « illicite » des bénédictions d’unions homosexuelles et l’impossibilité pour les couples de même sexe de recevoir le sacrement du mariage. Des prêtres allemands avaient alors appelé à la « désobéissance pastorale » via les réseaux sociaux sous le hashtag #Pastoraler Ungehorsam. Seuls deux évêques allemands Helmut Dieser, évêque d’Aix-la-Chapelle, et Franz-Josef Overbeck, évêque d’Essen, se sont désolidarisés de la note de la Congrégation pour la doctrine de la foi et ont fait savoir que les prêtres de leur diocèse qui ont béni des couples homosexuels ne seront pas suspendus de leurs fonctions, appelant l’Église catholique à reconsidérer l’homosexualité. Une instance de dialogue, appelée « chemin synodal », a été mise en place fin 2019 par la Conférence épiscopale allemande et le Comité central des catholiques allemands, afin de traiter de questions aussi sensibles que le célibat des prêtres, la morale sexuelle ou la place des femmes et des laïcs dans l’Église. Ses travaux doivent s’achever en 2022.

Voir ZDF, Süddeutsche Zeitung, Deutsche Welle.

D 18 mai 2021    ASylvie Toscer-Angot

Le pape refuse la démission du cardinal Marx

Juin 2021
L’archevêque de Munich et Freising, le cardinal Reinhard Marx, ancien président de la conférence épiscopale allemande, critiqué par des associations sur la façon dont il avait géré des cas (...)

  • Juin 2021

L’archevêque de Munich et Freising, le cardinal Reinhard Marx, ancien président de la conférence épiscopale allemande, critiqué par des associations sur la façon dont il avait géré des cas d’abus sexuels lorsqu’il était évêque de Trêves entre 2002 et 2008, a présenté en mai dernier sa démission au pape. Dans une lettre, publiée avec l’accord de ce dernier, le cardinal Marx faisait part de sa volonté d’"assumer la part de responsabilité qui revient aux dignitaires de l’Église catholique dans la catastrophe des scandales sexuels au cours des décennies passées". Il dénonçait également la "défaillance institutionnelle ou systémique" de l’Église catholique, arrivée à "un point mort".

Dans une lettre publiée le jeudi 10 juin en réponse à cette demande, le pape a fait savoir qu’il refusait la démission du cardinal Marx, âgé de 67 ans, membre d’un cercle restreint de cardinaux qui le conseillent sur les réformes de la Curie romaine. Il l’a exhorté à continuer sa mission à la tête de l’archidiocèse de Munich, pour contribuer au "renouveau spirituel" de l’Église catholique. L’archevêque de Munich a déclaré qu’il acceptait la décision du pape "par obéissance", tout en se disant "surpris" de ce choix. Le cardinal Marx a présenté sa démission, alors que le pape François a ordonné fin mai une enquête sur le traitement de cas d’agressions sexuelles de mineurs dans le diocèse de Cologne. En publiant la lettre de démission du cardinal et sa propre réponse, le pape donne une portée symbolique sans précédent à cet événement.

Le cardinal Marx avait, du reste, refusé en avril dernier la Croix fédérale du Mérite - une distinction que voulait lui remettre le président allemand Frank-Walter Steinmeier - "par égard pour les victimes d’abus sexuels qui ne se sentent pas prises en considération par l’Église catholique".

Voir :
- "Kardinal Marx bietet Papst seinen Rücktritt an", Deutsche Welle, 4 juin 2021.
- "Papst lehnt Rücktritt von Kardinal Marx ab", Deutsche Welle, 10 juin 2021.
- "Papst Franziskus lehnt Rücktritt von Kardinal Marx ab", Der Spiegel, 10 juin 2021.

D 17 juin 2021    ASylvie Toscer-Angot

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2021 eurel - Contact