eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Estonie » Données socio-religieuses » Opinions, croyances et attitudes religieuses

Opinions, croyances et attitudes religieuses

L’enquête de 2015 sur la religion en Estonie

En 2015, le Conseil des églises d’Estonie a mené, conjointement à la maison d’études sociales et de marché « Saar Poll », une enquête sur la religion en Estonie. En 2016, les résultats ainsi qu’une analyse et des articles sur les perspectives futures de la religion en Estonie ont été publiés dans un livre intitulé « Quo vadis Terra Mariana ? ». Il s’agissait de la cinquième enquête en ligne, la dernière ayant été menée il y a cinq ans. L’enquête visait à découvrir les croyances et les habitudes religieuses qui décrivent la société estonienne. Les résultats ne diffèrent pas beaucoup par rapport à la dernière enquête, mais des différences mineures apparaissent toujours.
Le questionnaire commençait par une question sur l’importance de la famille, des amis, de la religion, de la politique, etc. Selon les résultats, la religion était parmi les sphères de vie les moins importantes : tandis que la famille était la plus importante (91 %), la politique (27 %) et l’église (24 %) étaient considérées comme les moins importantes. Dans le même temps, la « foi », plus vaguement définie, était considérée comme importante par 37 % des répondants. Bien que les sphères les plus populaires soient importantes pour les Estoniens et les non-Estoniens, les résultats sur la religion et l’église ont montré que, tandis que parmi les Estoniens 26 % considèrent la religion comme importante, parmi les autres nations (principalement les Russes) le pourcentage était beaucoup plus élevé (60 %). Pour la question concernant l’importance de l’Église chrétienne, les relations entre les Estoniens et les autres nations se sont avérées presque identiques : 17 % des Estoniens et 38 % des autres nations considèrent l’Église comme importante.
Le pourcentage de ceux qui se définissent comme religieux (croyants) est passé, par rapport aux résultats de 2010, de 13 % à 20 %. Le pourcentage d’athées, lui, est passé de 23 % à 17 %. Le plus grand groupe était en 2010, comme en 2015, celui des indifférents religieux. En 2015, 35 % des personnes interrogées affirmaient être indifférentes à la religion. Bien que la hausse du nombre de croyants ait été plus importante dans le groupe des autres nations (de 26 % en 2010 à 38 % en 2015), on observe également une hausse chez les Estoniens (de 6 % en 2010 à 11 % en 2015). La possibilité a été donnée aux personnes interrogées de choisir deux déterminations religieuses préférées. 36 % des personnes interrogées ont choisi le christianisme, qui est aussi le groupe le plus important, suivi du groupe « spirituel, mais pas religieux » (23 %).
21 % des personnes interrogées se sont déclarées non religieuses, sans intérêt pour les sujets religieux. Le pourcentage de chrétiens était plus élevé chez les non-Estoniens (26 % contre 59 %), mais le pourcentage de « spirituels, mais pas religieux » était plus élevé chez les Estoniens (27 % contre 14 %). Ainsi, il a de nouveau été confirmé que bien que les Estoniens ne s’identifient pas comme croyants, la spiritualité reste importante pour eux. Globalement, 90 % de ceux qui se définissent comme croyants affirment être chrétiens. 21 % des répondants affirment appartenir à une certaine congrégation ou association religieuse. Le pourcentage est passé de 16 % en 2010 à 21 % en 2015. Là encore, le pourcentage chez les non-Estoniens est bien plus élevé : 18 % en 2010 et 25 % en 2015. Le pourcentage chez les Estoniens est passé de 16 % en 2010 à 19 % en 2015.
40 % des répondants, qui appartiennent à une congrégation, sont orthodoxes, 36 % luthériens. En 2010, le pourcentage était en faveur de l’église luthérienne : 44 % luthérienne, 32 % orthodoxe. Ces résultats sont conformes à un recensement public organisé en 2011, lorsque 19 % des Estoniens reconnaissaient avoir une foi, alors que le pourcentage chez les non-Estoniens était de 50. Une grande majorité d’entre eux se définit comme orthodoxe.

D 20 mars 2017    APriit Rohtmets

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2020 eurel - Contact