eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Europe » Données socio-religieuses » Opinions, croyances et attitudes religieuses » Les restrictions et l’hostilité sociale liées à la religion en (...)

Les restrictions et l’hostilité sociale liées à la religion en 2019

D’après le Pew Research Center, l’hostilité sociale à l’égard de la religion a diminué en 2019, tandis que les restrictions gouvernementales à la liberté de religion demeurent nombreuses. Le rapport couvre 198 pays.

L’index des restrictions gouvernementales (Government Restrictions Index, GRI) à l’égard de la religion, établi par l’organisation, varie de 0 à 10. Plus le score est élevé, plus les restrictions sont nombreuses. L’indice dépend d’une série de variables, notamment la protection constitutionnelle de la liberté de religion, la limitation des prêches en public, le contrôle de la littérature religieuse, les règles entourant le port de signes religieux, l’hostilité et la violence gouvernementales à l’égard des minorités religieuses ou encore le soutien de certaines religions.
Bien qu’aucun pays de l’Union européenne n’ait un indice « très élevé » (soit supérieur à 6,6), trois d’entre eux reçoivent un indice « élevé ». Celui-ci varie de 4,5 à 6,5. Les pays de l’Union européenne ayant un indice « modéré » (soit de 2,4 à 4,4) sont les plus nombreux, pour un total de 18. Quant aux pays ayant un indice « faible » (soit de 0 à 2,3), ils sont 6.

Indice élevé Bulgarie
Roumanie
France
Indice modéré Autriche
Grèce
Espagne
Danemark
Belgique
Pays-Bas
Pologne
Chypre
Allemagne
Slovaquie
Italie
Luxembourg
Hongrie
Lituanie
Lettonie
Suède
Finlande
République tchèque
Indice faible Croatie
Malte
Slovénie
Irlande
Estonie
Portugal


En ce qui concerne l’index de l’hostilité sociale (Social Hostilities Index, SHI), il varie également entre 0 et 10. Il dépend de variables telles que la violence résultant de tensions entre groupes religieux, la présence de groupes terroristes religieux, l’existence de décès causés par la haine religieuse, l’occurrence d’incidents hostiles liés au prosélytisme, ou encore le harcèlement des femmes qui enfreignent des codes vestimentaires religieux. Au sein de l’Union européenne, aucun pays n’a un indice « très élevé » (soit supérieur à 7,2). Ils sont 5 à recevoir un indice « élevé » (de 3,6 à 7,1). Les pays avec un indice « modéré » (soit de 1,5 à 3,5) sont au nombre de 13. Quant aux pays ayant un indice « faible » (soit de 0 à 1,4), ils sont 9.

Indice élevé Allemagne
Espagne
Bulgarie
Belgique
Danemark
Indice modéré France
Chypre
Grèce
Finlande
Hongrie
Irlande
Slovaquie
Pays-Bas
Pologne
Autriche
Italie
Roumanie
Suède
Indice faible République tchèque
Luxembourg
Slovénie
Malte
Lituanie
Croatie
Estonie
Lettonie
Portugal


Si ces indices permettent d’appréhender la liberté de religion et les tensions sociales qui accompagnent son exercice, ils ne sont pas exempts de limites. Par exemple, le codage de certains indicateurs selon le texte de la Constitution néglige l’importance de la jurisprudence constitutionnelle. D’autres indicateurs n’autorisent qu’un codage de type « oui » ou « non », ce qui nuit à la finesse de l’analyse et risque de mettre sur le même plan des situations parfois très différentes. De plus, les indicateurs qui composent chaque indice ne sont pas pondérés et ont tous la même valeur. Il convient donc d’utiliser ces données avec rigueur.
Le rapport complet, avec ses annexes, peut être consulté ici.

D 1er février 2022    ARomain Mertens

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2022 eurel - Contact