eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Roumanie » Questions et débats actuels » 2021 » L’implication des groupes religieux dans la lutte contre la pandémie (...)

L’implication des groupes religieux dans la lutte contre la pandémie (II)

Le nombre d’infections et de décès de la 4e vague de la pandémie de Covid-19 en Roumanie témoigne d’une situation proche d’une catastrophe humanitaire ; la cause la plus fréquemment invoquée étant le faible degré de vaccination de la population. Face à l’urgence de la sensibilisation de la population à l’importance de la vaccination, tant les pouvoirs publics que la société civile ont insisté sur la nécessité d’une implication active des groupes religieux dans la campagne de vaccination.

En conséquence, de nombreux représentants de l’Église orthodoxe roumaine (le groupe religieux majoritaire) se sont exprimés publiquement en direction des croyants en soulignant l’importance de la vaccination et ont encouragé les paroissiens à faire confiance à la science et aux médecins s’ils veulent éviter la maladie ou une forme grave de la maladie. Des médecins ont été invités dans les églises pour parler aux croyants de l’importance et de la nécessité de la vaccination. Même le patriarche Daniel, dans le message adressé aux pèlerins participant cette année au pèlerinage annuel dédié à Saint Démétrius (saint patron de Bucarest, 21-28 octobre) a réitéré son appel aux croyants « à prendre soin de leur propre santé en suivant strictement les conseils des médecins et les mesures sanitaires décidées par les autorités compétentes ».

Cependant, malgré ces positions officielles, et dans le contexte où un évêque de l’Église orthodoxe roumaine est décédé récemment des suites de l’infection au Covid-19, certains hiérarques se sont publiquement prononcés contre la vaccination, au motif que le vaccin a des effets négatifs sur la santé, ou que les vaccins sont périmés, ou que les dirigeants du pays ne poursuivent pas les intérêts de la population (les médias rapportent également d’autres positions, marginales mais faisant écho à leur énormité, drôles à première vue, mais quand même « délirantes », de certains clercs orthodoxes avec une certaine notoriété locale. L’idée principale est que le vaccin est un poison et contient des puces et la campagne de vaccination anti-Covid fait partie du plan de réduction de la population de la Terre mis en œuvre par un gouvernement mondial composé d’extraterrestres. Cependant, il semble qu’il s’agirait d’une « campagne de marketing » pour vendre ses CDs et livres ayant le même sujet : la vaccination).

À la suite de ces déclarations, les autorités ont ouvert une procédure pénale contre l’un des évêques pour infraction de « communication de fausses informations ». En même temps, le Patriarche de la Roumanie a envoyé une lettre aux membres du Saint-Synode de l’Église orthodoxe roumaine notant que de telles déclarations portent un préjudice à l’image de l’Église et que sa communication publique sur les questions nationales est une prérogative du Patriarcat et non des unités administratives ecclésiastiques locales. En plus, le patriarche a demandé aux hiérarques d’éviter les déclarations publiques individuelles sur des sujets médicaux ou politiques pour lesquels le clergé n’est pas qualifié.

Afin de limiter l’ampleur de la crise sanitaire, les pouvoirs publics ont décidé de reprendre certaines décisions restrictives, certaines visant directement la vie religieuse. Ainsi, les nouvelles réglementations concernent les règles d’accès aux lieux de culte, la distance minimale de sécurité et les mesures sanitaires spécifiques pour la conduite des activités religieuses. L’accès des fidèles aux lieux de culte et aux lieux où sont organisés les offices et les rassemblements religieux est fait de manière à assurer une superficie d’au moins 2 m² pour chaque personne et une distance d’au moins de 2 m entre les personnes. Les processions religieuses et/ou les pèlerinages continuent d’être organisés, mais avec une distance de sécurité minimale de 2 mètres entre les fidèles.

Bien que pour entrer dans les lieux de culte la présentation du pass sanitaire ne soit pas obligatoire, comme c’est le cas pour la plupart des institutions d’intérêt public, les représentants du culte musulman en Roumanie ont décidé qu’il est obligatoire pour l’accès du public à l’intérieur du Muftiat. En fait, le mufti a été le premier chef religieux à annoncer qu’il avait reçu la troisième dose de vaccin.

D 27 octobre 2021    AGabriel Birsan

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2021 eurel - Contact