eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Dans le débat public » Chypre

Chypre

  • mai 2017 : Projet de loi supprimant la religion des documents de mariage civil

Le gouvernement chypriote veut adopter un projet de loi supprimant la mention de l’appartenance religieuse des documents de mariage civil. Le projet de loi devait être examiné en commission à la Chambre. L’objectif de ce projet de loi est de supprimer la déclaration écrite obligatoire concernant la religion des personnes ayant l’intention de se marier. Le gouvernement suit les recommandations de la Commissaire aux droits de l’homme à Chypre, Eliza Savvidou (ΑΚΡ/ΑΥΤ. 1/2016, en grec) Selon le rapport de la Médiatrice, la divulgation des croyances religieuses dans ce contexte "viole les droits de l’homme, expose les personnes à la discrimination et à la violation des droits d’une personne en matière de respect de la vie privée et de liberté de pensée, de conscience et de religion." Elle a également exprimé de profondes inquiétudes quant à la protection des données personnelles et à la possible discrimination à laquelle sont confrontées les personnes devant déclarer leur appartenance religieuse. Une consultation publique sur le projet de loi a maintenant été entreprise par le ministère de l’Intérieur.

Nicolas Kazarian
  • Mise à jour - juillet 2015 : la loi de 2015 sur l’union civile

Un projet de loi sur l’union civile est en discussion depuis plusieurs années sans jamais atteindre le Parlement pour y être approuvé. Le 6 mai, Socratis Hasikos, le ministre de l’Intérieur, a annoncé que le projet de loi visé concernant à la fois les hétérosexuels et les couples de même sexe avait été approuvé par le Conseil des ministres et serait ensuite renvoyé au Parlement pour être débattu et soumis à un vote en plénière.

L’Eglise de Chypre est l’opposant majeur à la reconnaissance par l’Etat d’une union autre que le mariage traditionnel entre un homme et une femme. Interrogé sur le projet de loi, l’archevêque a déclaré que "la loi proposée par le Conseil des ministres sur l’union civile n’est ni approuvée, ni applaudie par l’Eglise et qu’elle ne s’y opposera pas". Il a cependant exprimé ses inquiétudes sur le sujet de l’adoption car il "pense que de tels couples ne sont pas capables d’élever des enfants sains". Le 22 juin, lors d’une déclaration officielle du Saint-Synode, l’Eglise affirme que les couples de même sexe constituent "une perversion parfaite" et encourage les homosexuels "à combattre et à se débarrasser de leur passion".

Le 5 juillet, le journal local, Phileleftheros, a rapporté que l’archevêché avait envoyé à toutes les paroisses une lettre circulaire qui devait être lue durant la messe du dimanche. La missive disait : "nous n’avons pas besoin de ceci [l’union civile] dans notre petite patrie, car nous connaissons le comportement de nos concitoyens et l’amour qu’ils portent à la famille". En outre, les vives objections des partis politiques, et de l’Eglise en particulier, sur la question de l’adoption ont conduit à modifier la législation et à y inclure une disposition spéciale qui exclut les adoptions de manière explicite du projet de loi attendu. Le projet de loi sera à nouveau discuté en plénière le jeudi 9 juillet.

Eleonora Kyriakou

D 8 octobre 2018    AEleonora Kyriakou ANicolas Kazarian

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2022 eurel - Contact