eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Norvège » Repères historiques » Parcours historique » De 1814 à 1905

De 1814 à 1905

Bien que la domination de la Norvège ait été officiellement transférée du Danemark à la Suède par le traité de paix de Kiel en 1814, le gardien de la Norvège, le prince danois Christian Frederik, a convoqué une assemblée constitutionnelle au printemps 1814, adoptant une Constitution fortement inspirée des principes des Constitutions américaine et française, soulignant l’importance des droits fondamentaux, de la répartition des pouvoirs et de la souveraineté du peuple norvégien. Si l’indépendance a été rapidement anéantie par les forces du roi suédois Carl Johan au cours de l’été 1814, une version amendée de la Constitution a été adoptée par l’assemblée parlementaire en novembre 1814.

Si la Constitution est nettement libérale à de nombreux égards pour l’époque, elle l’est moins dans le domaine de la religion. La prédominance de la foi évangélique luthérienne et l’obligation pour les parents d’élever leurs enfants dans cette foi sont maintenues, tandis que les projets de dispositions sur la liberté religieuse qui avaient circulé lors de l’assemblée constitutionnelle sont supprimés. Le roi reste le chef de l’État et de l’Église, tandis que les membres du cabinet sont tenus d’être membres de l’Église. Cependant, la disposition de loin la plus controversée est la décision d’interdire l’accès des Juifs au royaume, une interdiction qui reste en vigueur jusqu’en 1851.

Bien que la censure officielle en place pendant l’absolutisme ait été assouplie dans la constitution, l’interdiction absolue du blasphème et du dénigrement de la religion a été maintenue, puisque l’article 100 interdisait les expressions de mépris à l’égard de la religion, et les mesures draconiennes contre les blasphémateurs du Norske Lov de 1687 sont restées en vigueur jusqu’à l’adoption d’un Code pénal en 1842, qui maintenait l’interdiction, mais réduisait la peine de la décapitation à des amendes, un emprisonnement ou des travaux forcés. La loi de 1845 sur les dissidents assouplit encore le monopole religieux de l’Église de Norvège, supprimant l’interdiction de la prédication laïque et stipulant diverses libertés pour les membres d’autres confessions chrétiennes.

D 20 septembre 2016    AHelge Årsheim

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2021 eurel - Contact