eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Dans le débat public » Royaume-Uni

Royaume-Uni

  • Septembre 2018 : Nouvelles recommandations pour l’enseignement de l’éducation religieuse dans les écoles britanniques

La Commission on Religious Education in England and Wales indépendante vient de publier un nouveau rapport sur le rôle de l’éducation religieuse (ER) en Grande-Bretagne. À la lumière du déclin de l’affiliation religieuse dans le pays, le rapport apporte une contribution significative à la compréhension de l’évolution du rôle de la religion dans la société et l’éducation britanniques.

Au début de cette année, l’ancien secrétaire travailliste à l’éducation Charles Clarke et Linda Woodhead, professeur au département de politique, de philosophie et de religion de l’université de Lancaster, ont publié un pamphlet exposant leur vision pour la religion et la croyance dans les écoles, dans lequel ils appellent à une série de changements dans la manière dont l’enseignement religieux est dispensé. La loi sur l’éducation de 1944 a fait l’objet de vives critiques, car elle est de plus en plus considérée comme dépassée et ne répondant plus aux besoins de la société contemporaine, dans laquelle la foi chrétienne n’est plus aussi importante qu’autrefois. En 2017, la British Social Attitudes Survey a révélé que 52 % des personnes n’avaient aucune religion, contre seulement 41 % en 2002.

Sur la base des résultats d’une étude de deux ans menée par la Commission, le nouveau rapport suggère que le programme d’études soit mis à jour pour refléter la diversité des perspectives religieuses et non religieuses. La principale recommandation est un nouveau droit national pour tous les élèves de toutes les écoles, qui spécifie la manière dont le sujet doit être enseigné pour refléter la complexité, la diversité et la pluralité de la manière dont la "religion" et les "visions du monde" sont conceptualisées et vécues dans la Grande-Bretagne moderne.

Le rapport ne prétend pas que la religion a complètement perdu son importance. Cependant, il souligne la nécessité de s’engager avec une variété de religions et de visions du monde, y compris l’humanisme, la laïcité, l’athéisme et l’agnosticisme. Il recommande également que l’enseignement religieux soit obligatoire dans toutes les écoles publiques et que les enseignants reçoivent une meilleure formation dans cette discipline.

La Commission a été en partie motivée par l’évidence de l’effondrement de la qualité de l’enseignement religieux au cours des dernières années et par la diminution de l’intérêt porté à cette matière. Certains parents ont également exprimé leurs inquiétudes, car ils ne souhaitaient pas que l’islam soit enseigné à leurs enfants dans le cadre des cours de religion.

Le rapport a suscité des réactions mitigées. Si le responsable de l’éducation de l’Église d’Angleterre a salué les recommandations, les critiques les plus virulentes sont venues des représentants d’écoles à caractère religieux. Par exemple, le Board of Deputies of British Jews a critiqué "la dilution de l’éducation religieuse par l’inclusion de visions du monde". Le Catholic Education Service a déclaré que "la qualité de l’enseignement religieux n’est pas améliorée en enseignant moins de religion" (voir The Conversation).

Le débat sur la nature changeante de l’enseignement religieux dans les écoles continue de diviser les opinions. Pour certains, il s’agit d’une tentative de dilution du programme ou même d’une remise en cause de certaines concessions multiculturelles obtenues par les écoles confessionnelles dans leur lutte pour maintenir leur éthique distinctive. Pour d’autres, un champ d’application plus large et plus inclusif de l’enseignement religieux est considéré comme une mesure progressiste destinée à renforcer le rôle de la religion dans le programme national.

Katya Braginskaia
  • 29 juillet 2008 : une jeune fille sikh illégalement exclue de l’école pour avoir porté un bracelet

La Haute Cour a statué qu’une jeune fille sikh a été illégalement exclue de l’école pour avoir porté un bracelet, contrevenant ainsi au règlement de l’école. Le juge Silber a déclaré que l’école était coupable de discrimination indirecte sur la base des lois sur les relations raciales et l’égalité. La jeune fille avait été soutenue dans cette affaire par « Liberty », un groupe de pression en droits humains.

Siobhan McAndrew
  • 3 juillet 2008 : une école juive autorisée à rejeter l’admission d’un enfant dont la mère n’est pas juive

Il a été jugé qu’une école juive n’a pas discriminé un jeune garçon quand elle a rejeté son admission sur le motif que sa mère n’était pas juive. Le juge Munby a examiné comment l’école juive libre dans le nord de Londres a refusé une place à l’enfant parce que son autorité religieuse a statué que la mère du garçon ne s’était pas convertie dans une branche du judaïsme reconnue par le Bureau du grand rabbin (Office of the Chief Rabbi, OCR). Le père du garçon était considéré comme juif, mais sa mère, qui s’est convertie au judaïsme après sa naissance, ne l’était pas. Le juge Munby a considéré que l’école qui fait l’objet de nombreuses demandes d’inscriptions n’enfreignait pas les lois de discrimination raciale en donnant la préférence aux enfants nés de mères juives orthodoxes, et qu’il s’agissait d’une question religieuse plutôt que raciale.

Siobhan McAndrew
  • 24 mars 2008 : généraliser l’enseignement religieux dans les écoles publiques

L’Union nationale des enseignants, le plus grand syndicat d’enseignants de Grande-Bretagne, a présenté des propositions visant à généraliser l’enseignement religieux dans les écoles publiques, pour offrir une alternative aux écoles confessionnelles. Ces propositions visent à ce que :
- Toutes les écoles deviennent multiconfessionnelles ;
- Les écoles confessionnelles soient dépouillées de leurs pouvoirs de contrôler leurs propres inscriptions et de choisir les élèves en fonction de leur foi ;
- L’acte quotidien de culte ’principalement’ chrétien puisse inclure toutes les religions ;
- Les écoles doivent proposer des « aménagements raisonnables » aux enfants, notamment en fournissant un espace de prière privé, en reconnaissant les fêtes religieuses et en étant souples en ce qui concerne l’uniforme scolaire, par exemple en permettant aux enfants de porter des bijoux religieux ou un foulard.
Toutefois, un porte-parole de l’Église d’Angleterre a répondu que « C’est aux religions d’enseigner leur foi au peuple, c’est aux écoles d’enseigner la religion ».

Voir « l’Union demande la fin des écoles de foi unique. Elle plaide pour davantage de religion dans toutes les institutions : les proviseurs "devraient faire de la place pour la prière privée" ; et The Guardian du 25 mars 2008, page 4.

Siobhan McAndrew

D 9 octobre 2018    AKatya Braginskaia ASiobhan McAndrew

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2022 eurel - Contact