eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Pologne > Droit et religion > Dispositions > Aumônerie

Aumônerie

Les services religieux dans l’aumônerie militaire : cadre juridique

La possibilité pour les Églises et les autres organismes religieux de célébrer des offices pour les membres des forces armées (article 19) est fixée par la loi du 17 mai 1989 relative à la garantie de la liberté de conscience et de religion. La loi garantit également aux membres des forces armées le droit de participer aux activités et rites, de remplir leurs obligations religieuses et de célébrer leurs fêtes conformément à leur confession (article 4).
L’Église catholique, l’Église orthodoxe et l’Église luthérienne possèdent leurs propres structures d’aumôneries organisées au sein de l’armée. Leurs aumôniers militaires sont des soldats professionnels rémunérés par l’État.

Aumônerie catholique
Conformément au Concordat (article 16 paragr. 2), les soldats disposent du droit de participer librement à la sainte messe le dimanche et les jours de fête dans la mesure où cela n’interfère pas avec leurs importantes obligations professionnelles. Le chef de l’ordinariat militaire (évêque) est nommé par le Saint-Siège. Les paroisses militaires sont les unités organisationnelles de base de l’ordinariat. Les offices y sont célébrés par les aumôniers militaires.

Aumônerie orthodoxe
Conformément à la loi du 14 juillet 1991 concernant les relations entre l’État et l’Église orthodoxe autocéphale de Pologne (articles 21-25), le chef de l’ordinariat militaire de l’Église orthodoxe est nommé par le ministre de la Défense nationale sur proposition du saint conseil des évêques. Un aumônier militaire au moins est nommé dans chaque diocèse. Il est possible d’établir des paroisses militaires en fonction des besoins de l’aumônerie militaire. Dans la mesure où cela n’interfère pas avec leurs importantes obligations professionnelles, les soldats en service actif disposent du droit de participer à la sainte liturgie, en dehors du territoire de l’unité militaire, le dimanche et les jours de fête orthodoxe lorsqu’une église orthodoxe est située à proximité.

Aumônerie évangélique
Conformément à la loi du 13 mai 1994 concernant les relations entre l’État et Église évangélique de la Confession d’Augsbourg (art. 29-31), le chef de l’aumônerie évangélique (l’aumônier en chef des armées) est nommé par le ministre de la Défense nationale en accord avec le consistoire de l’Église. Dans le cadre d’accords distincts entre les autorités religieuses, l’aumônerie évangélique étend son activité aux membres de l’Église évangélique réformée, de l’Église évangélique méthodiste, de l’Église baptiste et de l’Église adventiste du septième jour.

5 avril 2013