eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Pologne » Repères historiques » Parcours historique

Parcours historique

Parcours historique

Le christianisme en terre polonaise
Les débuts de l’État polonais sont associés à l’année 966, lorsque Mieszko Ier, premier duc historique de Pologne, accepte le baptême chrétien dans le rite latin. Par conséquent, la Pologne entre non seulement dans la famille des nations chrétiennes, mais elle est également attirée dans la sphère de la culture occidentale. À cette époque, des liens sont établis entre les structures ecclésiastiques et étatiques. C’est le roi qui nomme les membres des offices ecclésiastiques et les paroisses deviennent les unités de base de l’administration du clergé et de l’État.

La dynastie jagellonienne
En 1385 se forme l’Union polono-lituanienne. Conformément aux termes d’un accord signé à l’époque, Ladislas II Jagellon, grand-duc de Lituanie, reçoit le baptême à Cracovie, alors capitale polonaise, épouse la reine de Pologne, Hedwige Ire de Pologne, et obtient la couronne polonaise. De ce fait, les Lituaniens sont les derniers habitants de la côte balte à être convertis au christianisme. Les raisons de l’existence de l’ordre Teutonique sont également contestées, alors qu’il tente de conquérir les terres lituaniennes à cette époque sous le couvert de la christianisation. Durant le concile de Constance (1414-1418), le professeur Paweł Włodkowic de l’Université Jagellonne critique les actions de l’ordre Teutonique, indiquant que la foi ne peut être imposée par la force (fides ex necessitate esse non debet).

La République des Deux Nations
En 1569, en vertu des dispositions de l’union de Lublin, la Pologne et la Lituanie, menacées par Moscou, fusionnent pour ne former qu’un seul État : la République des Deux Nations. En 1596, selon les dispositions de l’union de Brest, l’Église catholique romaine et l’Église orthodoxe de l’État polono-lituanien sont unies, ce qui conduit à la création de l’Église dite uniate, appelée plus tard Église grecque-catholique. À l’époque des nombreuses guerres menées par la Pologne au XVIIe siècle, une partie de la noblesse associée aux mouvements de la Réforme apporte son soutien aux armées étrangères qui cherchent à conquérir l’État polono-lituanien. Ce type de comportement se heurte à l’opposition ; en conséquence, la situation des minorités religieuses en Pologne se détériore (bien qu’elle ne soit pas encore aussi mauvaise que la situation des groupes religieux minoritaires dans de nombreux autres États européens à l’époque).

Tolérance religieuse
Dès le début du XIIe siècle, une riche population juive, protégée par la charte accordée en 1264 par Boleslas V le Pudique, prince de Cracovie, commence à s’installer en Pologne. Au début du XVIe siècle, les Juifs chassés d’Espagne, du Portugal, d’Allemagne, d’Autriche et de Bohême s’installent en Pologne. Au milieu du même siècle, les terres polonaises abritent environ 80 % de la population juive mondiale totale. Au XVIIIe siècle, la population juive de l’État polono-lituanien atteint le nombre de 900 000 individus. La Pologne est alors toujours un pays où les Juifs jouissent d’une liberté significative. Au moment de la Réforme, le luthéranisme et le calvinisme gagnent une grande popularité en Pologne, en particulier auprès des bourgeois (luthéranisme) et de la noblesse (calvinisme). Mais cette fois, l’apparition des mouvements réformateurs ne donne pas lieu à des conflits et ou guerres sanglants. En 1573, dans le cadre de la Confédération de Varsovie, catholiques et protestants, ainsi que membres de l’Église orthodoxe dans la deuxième version, se garantissent mutuellement la paix religieuse, de sorte qu’aucun bain de sang ne soit causé par les différences religieuses. En 1724, la perturbation d’une procession catholique à Toruń conduit à un conflit inattendu entre catholiques et luthériens (le tumulte de Toruń). En conséquence de ce conflit, plus de dix bourgeois luthériens sont condamnés à mort, et beaucoup d’autres à l’exil ou à des amendes. Ces événements sont utilisés par les autorités prussiennes et russes pour interférer dans les affaires intérieures de l’État polono-lituanien dans le but de renforcer leur position vis-à-vis du roi polonais. Le 3 mai 1791, la Pologne adopte ce que l’on considère comme étant la première Constitution moderne en Europe. Compte tenu de ses dispositions, la religion nationale est le catholicisme et l’abandon de la foi catholique est passible de sanctions. Dans le même temps, la Constitution garantit aux personnes d’autres confessions la paix dans leur foi et la protection du gouvernement.

Partages de la Pologne
La Pologne est rayée de la carte de l’Europe à la suite des trois partages réalisés en 1772, 1793 et 1795 par la Prusse, la Russie et l’Autriche. Suite aux succès militaires de Napoléon, le Duché de Varsovie est établi à partir d’anciennes terres de Pologne en 1807. Il existe jusqu’en 1815, date à laquelle un royaume de Pologne sous tutelle russe est créé lors du congrès de Vienne. Dès le début, il dépend de la Russie, et les risques nationaux qui s’ensuivent (en 1830 et 1863), sans succès, entraînent la perte totale de toute autonomie. Toutes les formes de vie nationale sont réprimées et l’Église catholique, considérée comme le pilier de l’identité polonaise, fait l’objet de multiples répressions.

L’entre-deux-guerres : la Deuxième République polonaise
L’effondrement de l’ordre établi, qui se produit à la suite de la Première Guerre mondiale, permet la renaissance de l’État polonais. Un État indépendant est créé en 1918. Sa population, en 1931, se compose principalement de Polonais (68,9 %), d’Ukrainiens (13,9 %), de Juifs (8,1 %), de Biélorusses (3,1 %) et d’Allemands (2,3 %). La Constitution du 17 mars 1921 accorde à l’Église catholique « la première place parmi les autres confessions religieuses jouissant de droits égaux ».

L’occupation de la Pologne par l’URSS et l’Allemagne : Seconde Guerre mondiale
Le 1er septembre 1939, la Pologne est attaquée par l’Allemagne, et le 17 septembre 1939, la frontière orientale de la République de Pologne est franchie par les Russes, qui mettent en place un protocole secret du traité de non-agression entre l’Allemagne et l’URSS (pacte dit Ribbentrop-Molotov), signé le 23 août 1939. Les territoires occupés par les armées de ces deux États deviennent le théâtre de meurtres de masse, d’exécutions, de répressions féroces et de déportations. La terreur nazie s’intensifie davantage après les attaques de l’armée nazie contre l’URSS en 1941. L’exécution massive de milliers d’officiers polonais et de membres de l’intelligentsia polonaise sous le commandement de Staline à Katyń et dans d’autres lieux d’exécution, ainsi que les camps de concentration nazis organisés sur les terres polonaises (Auschwitz-Birkenau, Majdanek, Treblinka et bien d’autres), peuvent être considérés comme quelques-uns des symboles des opérations des armées d’occupation en Pologne. À la suite de la Seconde Guerre mondiale, la population de l’ancienne République de Pologne diminue de 6 millions, parmi lesquels près de 3 millions de Juifs polonais. Sur les terres polonaises occupées par l’Allemagne, où des millions de Juifs polonais, de Polonais et de personnes d’autres nationalités ont été exterminés, l’aide apportée aux Juifs était passible de la peine de mort.

République populaire de Pologne : le communisme en Pologne
Les frontières de la Pologne après la Seconde Guerre mondiale sont tracées conformément aux accords conclus entre les puissances victorieuses (la Grande-Bretagne, les États-Unis et l’URSS) et la Pologne elle-même est incluse dans les pays du bloc soviétique. À la suite des déportations menées à la suite de ces accords, la Pologne devient alors un pays ethniquement et religieusement homogène (481 000 Ukrainiens et 36 000 Biélorusses ont été déplacés de Pologne vers l’URSS, et environ 3 millions d’Allemands vers la République fédérale d’Allemagne). Cependant, le pouvoir étatique est repris par les communistes, qui sont soutenus par les autorités soviétiques. Par le biais de la violence et de la terreur, ils monopolisent la vie politique en Pologne, s’inspirant des modèles établis en URSS. Les garanties formelles de liberté de conscience et de religion s’accompagnent du confinement de la religion dans la sphère privée, et la séparation de l’Église et l’État s’entend comme la subordination de la première au deuxième. L’Église catholique est considérée comme l’un des principaux « ennemis de classe » (les biens ecclésiastiques sont saisis, les autorités revendiquent le droit de nommer les responsables des offices ecclésiastiques, le cardinal Wyszyński est interné), et pendant des décennies le catholicisme reste perçu comme un signe d’opposition à l’ordre établi. L’élection du cardinal Karol Wojtyła comme pape, sous le nom de Jean-Paul II, en 1978, et son premier pèlerinage en Pologne, ainsi que l’ascension de « Solidarność », dirigé par le futur prix Nobel Lech Wałęsa, font partie des facteurs qui ont conduit aux changements sociaux et politiques de 1989.

La table ronde polonaise et la Troisième République de Pologne
L’un des premiers signes de ce changement est l’introduction de lois démocratiques concernant la religion, le 17 mai 1989. Ces changements sont couronnés par l’adoption de la Constitution du 2 avril 1997. La Constitution polonaise ne fait pas explicitement référence au principe de séparation des Églises et de l’État. La relation entre l’État, les Églises et les autres confessions religieuses est définie par cinq principes : impartialité, égalité des droits, autonomie et indépendance, coopération et bilatéralisme. Le principe d’impartialité est l’essence même de la laïcité polonaise. Elle présuppose une attitude objective, libre de tout parti pris et caractérisée par une approche égale envers toutes les croyances qui respectent les valeurs fondamentales du système juridique polonais. Elle garantit la liberté d’expression publique de convictions personnelles, tandis que les personnes qui exercent des fonctions publiques ont également le droit de participer à des célébrations religieuses. Le principe d’égalité des droits des Églises et des autres confessions religieuses permet à toutes les confessions d’exercer librement leurs fonctions religieuses.

L’adhésion à l’UE
En 2004, la République de Pologne devient membre de l’Union européenne. Auparavant, la Pologne était devenue membre de l’OTAN en 1999.

Voir les références bibliographiques.

D 18 décembre 2015    AMarta Ordon AMichał Czelny AMichał Zawiślak APiotr Stanisz

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2020 eurel - Contact