eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe

Tweeter Rss

Accueil > Hongrie > Données socio-religieuses > Principales religions et Eglises

Principales religions et Eglises

Le recensement de 2011

En mars 2013, l’office central de statistiques a publié les résultats du recensement de 2011. Pour la première fois, les citoyens ont eu la possibilité de compléter le formulaire de recensement par internet, quelques minutes suffisant pour ce faire. En dix ans, le nombre d’habitants a diminué de 260 000 personnes ; la population hongroise a atteint 9,9 millions d’habitants en 2011.

Les données relatives à la religion sont difficilement comparables aux enquêtes précédentes. En 2011, le questionnaire a demandé aux participants d’indiquer la communauté religieuse à laquelle ils ont le sentiment d’appartenir, alors qu’en 2001, la question posée mentionnait simplement « religion ». Nombreux sont ceux qui ont manifestement une identité confessionnelle, mais n’ont pas de sentiment d’appartenance. En dépit des aspects méthodologiques rendant les comparaisons difficiles, des changements notables sont observés dans les données sur l’appartenance religieuse.

Tandis qu’en 2001, 1,1 million d’habitants seulement refusaient de répondre à la question sur l’appartenance religieuse, dix ans plus tard, ils sont 2,7 millions à ne pas fournir de réponse. Le nombre de personnes déclarant ne pas avoir d’appartenance religieuse passe de 1,48 million à 1,80 million car 20 % des jeunes générations ne se réclament d’aucune confession. C’est ainsi que le nombre de personnes déclarant appartenir à une communauté religieuse chute considérablement. Néanmoins, les proportions relatives aux confessions ne changent pas significativement. Lors du recensement de 2011, 3,87 millions de personnes seulement se réclament de l’Église catholique, tandis qu’en 2001, 5,55 millions déclaraient être catholiques. Le nombre de calvinistes chute de 1,62 million à 1,15 million. En 2001, 304 000 personnes déclaraient être de confession luthérienne ; en 2011, ils ne sont plus que 214 000. D’autres communautés traditionnelles, comme la communauté juive ou la communauté orthodoxe, connaissent également une diminution de leurs membres déclarés. En 2011, 167 000 personnes déclarent appartenir à d’autres communautés religieuses, alors qu’elles n’étaient que 96 000 en 2001. En effet, certaines communautés mineures ont modifié leur politique à l’égard du recensement. Tandis qu’en 2001, elles conseillaient à leurs membres de ne pas répondre à la question sur la religion, dix ans plus tard, elles les encouragent vivement à proclamer leur religion. La part des non-croyants croît avec les jeunes générations (moins de 40 ans), mais la proportion des athées déclarés n’augmente pas. La proportion de croyants est plus élevée chez les aînés (plus de 60 ans). Ils sont dix fois plus nombreux à déclarer une appartenance à une confession qu’une non-adhésion. Les moins de 40 ans sont seulement deux fois plus nombreux à déclarer une appartenance à une religion plutôt qu’une non-adhésion. Toutefois, l’évolution pour les années suivantes ne tend pas vers une augmentation de la laïcisation. Parmi les autres communautés religieuses, la communauté des Témoins de Jéhovah est la plus importante avec 31 000 membres (avec une surreprésentation d’une population âgée et moins instruite), 18 000 personnes font partie de l’Église de la Foi (une congrégation évangélique composée de membres relativement jeunes), plus de 9 000 bouddhistes (vivant principalement en zone urbaine et ayant une éducation supérieure), 18 000 baptistes, 6 000 adventistes, 9 000 pentecôtistes, 2 400 méthodistes, 6 800 unitariens (les petites communautés chrétiennes traditionnelles vieillissent). Le nombre de musulmans augmente pour passer de 2 907 personnes, en 2001, à 5 579 en 2011. 2 300 musulmans déclarent être Arabes et 2 200 se réclament d’autres appartenances ethniques. L’affiliation ethnique multiple étant possible, 4 000 musulmans affirment également être Hongrois.

Avril 2013
19 avril 2013