eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Suisse > Religion et société > Ecole et religion

Ecole et religion

Le débat actuel et les développements récents

Le programme d’instruction religieuse à l’école est actuellement en pleine mutation, les programmes ont changé ces dernières années et se modifient encore. En général, nous pouvons distinguer (...)

Le programme d’instruction religieuse à l’école est actuellement en pleine mutation, les programmes ont changé ces dernières années et se modifient encore. En général, nous pouvons distinguer actuellement trois modèles différents : un enseignement confessionnelle (chrétien, islamique, juif), un enseignement interreligieux et un enseignement des religions (religionskundlicher Unterricht).

L’instruction confessionnelle islamique à l’école primaire dans le canton de Lucerne

Il y a quelques années, deux communes du canton de Lucerne ont décidé de donner un enseignement islamique à l’école. L’objectif de cet enseignement est la formation d’une compétence religieuse : les enfants connaissent la tradition islamique et savent mettre en relation cette tradition et ses normes avec leur propre vie en Suisse. L’enseignement a lieu en allemand. Les instituteurs sont formés par l’Institut pour une pédagogie et une didactique interreligieux à Cologne (IPD Köln).

" Ethik und Religion " dans les cantons de la Suisse centrale (LU, OW, NW, UR, ZG) au niveau primaire

"Ethik und Religion" est une discipline concernant toute la classe, son contenu n’étant pas lié à une confession ou religion particulière. Les deux objets "Ethik und Religion" (éthique et religion) sont considérés comme ayant une étroite relation, car l’éthique et la religion forment la société. Le programme d’étude part d’une perspective anthropologique, considérant que les questions qui concernent la vie (naissance, mort, etc.) et qui sont élaborées par les religions sont un fait humain obligatoire. L’enseignement met les élèves en contact avec les perspectives existentielle, systématique, rituelle, éthique, symbolique, historique et culturelle.
Les objectifs sont multiples : la perception des relations dans l’environnement social et religieux, la formation de la pensée, de l’expression, de l’agir et de l’attitude.
Les principes didactiques se réfèrent aux relations biographiques, à l’individualité, à une méthode globale (Ganzheitlichkeit) et au dialogue interreligieux. Les thèmes sont variés : ils peuvent concerner les sentiments (la chance, la malchance, la biographie, les forces et les faiblesses, les fragilités, etc.), ils peuvent être religieux (les fêtes dans certaines traditions, les lois religieuses, les fondateurs d’une religion, etc.), ou encore, s’intéresser à l’éthique (les droits de l’enfant, pauvreté et richesse, justice et injustice, etc.).

" Religion und Kultur " dans le canton de Zurich au niveau secondaire

En 2007, l’enseignement du fait religieux dans le canton de Zurich passera de l’instruction religieuse œcuménique (konfessionell kooperative Religionsunterricht) à un enseignement qui s’appellera "Religion und Kultur (religion et culture). Ce ne seront plus les pasteurs ou les catéchètes qui seront chargés de l’instruction religieuse, mais des professeurs de l’école secondaire titulaires d’autres enseignements comme l’histoire, la géographie etc. L’ensemble de cet enseignement représentera deux leçons par semaine en 7ème année et une leçon en 8ème année. L’enseignement "Religion und Kultur " sera obligatoire, il ne sera pas possible d’obtenir une dispense et le cours sera sujet à notation.
Le contenu de l’enseignement concernera les cinq grandes religions du monde : judaïsme, christianisme, islam, bouddhisme et hindouisme. Les adhérents de ces religions en Suisse ont formulé les bases essentielles de leurs religions, et ce sont ces bases qui seront intégrées dans le programme d’étude. La pédagogie utilisée sera de type historique et non pas une catéchèse religieuse. Pour ce nouvel enseignement, il est nécessaire de revoir le matériel d’enseignement existant pour l’instruction oecuménique ("Menschen Leben in Religionen und Kulturen").
La formation scientifique sera donnée à l’université de Zurich et la formation pédagogique sera donnée par l’Ecole des Hautes Etudes Pédagogique de Zurich. La partie scientifique consiste en une introduction aux cinq grandes religions, une connaissance des divers angle utilisés pour étudier les religions (la théologie, la science des religions, etc.) ainsi que l’histoire européenne des religions. La partie pédagogique concerne les communautés locales, les conceptions didactiques et la pratique scolaire. La qualification complémentaire pour les professeurs est en préparation. L’introduction de cet enseignement et son développement seront accompagnés et évalués par les disciplines correspondantes.

Source : Bildungsratsbeschluss zur Schaffung eines neuen Fachs "Religion und Kultur" an der Oberstufe der Volksschule, 23. August 2004, Bildungsrat, Kanton de Zürich ; Pädagogischen Hochschule Zürich ; R. Kunz, M. Pfeiffer u.a. : Religion und Kultur – ein Schulfach für alle ?, Zürich : TVZ 2005.

La religion comme option complémentaire aux écoles préparant à la maturité au niveau secondaire II

Le nouveau règlement (1995) de la maturité prévoit un cours de "Religion" comme option complémentaire. Les écoles préparant à la maturité sont autorisées à créer un programme d’étude qui corresponde au plan-cadre fédéral. Ce plan fédéral est très large et il est ainsi possible de concevoir des programmes d’études très différents. En effet, ils peuvent suivre une orientation théologique, aussi bien qu’une orientation scientifique ou historique.

Source : Schweizerische Konferenz der kantonalen Erziehungsdirektoren : Dossier 30A : Rahmenlehrplan für die Maturitätsschulen, Bern : EKD 1994 ; Reglement über die Anerkennung von gymnasialen Maturitätsausweisen (Maturitätsreglement MAR) vom 16. Januar 1995

- Canton de St. Gall (un programme plutôt théologique)
L’enseignement du fait religieux envisage la capacité de reconnaître la religion comme une constante anthropologique, de s’occuper de ses propres attitudes et des attitudes étrangères, de s’ouvrir à la langue religieuse, de connaître la contribution religieuse (principalement chrétienne) aux problèmes qui concernent les valeurs et les normes dans la propre vie des étudiants et de la société. Le contenu de l’instruction s’articule surtout autour du christianisme et des thèmes biographiques et éthiques. Dans ce cadre éthique, les religions non-chrétiennes sont également abordées. Du point de vue pédagogique, l’instruction se réfère à une théologie de l’expérience (Theologie der Erfahrung). La pédagogie contient aussi un "principe de corrélation", une méthode globale (Ganzheitlichkeit) et une orientation d’action.

- Canton de Vaud (un programme qui se réfère à la science des religions)
L’option complémentaire s’appelle "histoire et sciences des religions". Une large partie de ce cours se consacre aux religions antiques, aux religions orientales, mais aussi aux traditions européennes. Une autre partie a pour objectif l’étude des phénomènes religieux du point de vue de leurs fonctions, de leur impact sur les sociétés et sur les cultures, de leurs similitudes et de leurs différences. Les méthodes sont alors très différentes et pluridisciplinaires.

Source : État de Vaud, Direction des gymnases vaudois, Ecole de maturité : objectifs, méthodes et programmes des cours 2011-2012.

- L’enseignement des religions en Suisse romande
En Suisse romande, l’enseignement du fait religieux est un enseignement non-confessionnel. C’est la maison d’édition ENBIRO (Enseignement Biblique et Interreligieux Romand) qui se charge d’élaborer le matériel d’enseignement. L’initiative ENBIRO est organisée sous la forme d’association à but non lucratif, regroupant d’une part, des représentants des Eglises reconnues (Eglise catholique romaine, catholique chrétienne et protestante), et d’autre part les Départements cantonaux de l’Instruction Publique qui ont, dans leur mission, l’enseignement du fait religieux. Ainsi, ENBIRO propose un enseignement non-confessionnel en histoire et religion en rassemblant tous les acteurs en instruction religieuse concernés.

15 décembre 2012

Quelques rapports de recherche

Un ensemble de projets a récemment traité les thématiques de la religion à l’école et de religiosité des jeunes en général dans le contexte suisse.
Ansgar Jödicke, Andrea Rota, Les cours de religion (...)

Un ensemble de projets a récemment traité les thématiques de la religion à l’école et de religiosité des jeunes en général dans le contexte suisse.

Ansgar Jödicke, Andrea Rota, Les cours de religion entre l’Etat et les collectivités religieuses , Université de Fribourg, 2011. Rapport final

Janine Dahinden, Doris Wastl-Walter, Karénina Kollmar-Paulenz, Religion und Ethnizität : Welche Praktiken, Identitäten und Grenzziehungen ? Eine Untersuchung mit jungen Erwachsenen, Université de Neuchâtel, 2010. Rapport final

Christian Giordano, Brigit Allenbach, Pascale Herzig Migration und Religion in der Schweiz : Perspektiven und soziale Praxis von Kindern und Jugendlichen aus Südasien und Südosteuropa, Université de Fribourg, 2010. Rapport final

Christoph Morgenthaler, Christoph Käppler, Values and Religious Orientations in Relation to Identity Development and Mental Health : Adolescent’s Perspectives. The VROID-MHAP-Study, Université de Berne, 2011. Rapport final

15 décembre 2012

L’enseignement du fait religieux : la situation actuelle en Suisse

En ce qui concerne l’enseignement du fait religieux à l’école, la collaboration entre les communautés religieuses et l’école varie d’un canton à l’autre. D’une part, on trouve un enseignement qui est (...)

En ce qui concerne l’enseignement du fait religieux à l’école, la collaboration entre les communautés religieuses et l’école varie d’un canton à l’autre. D’une part, on trouve un enseignement qui est complètement géré par les communautés religieuses : l’école doit seulement mettre à disposition un local et leur octroyer un créneau horaire. D’autre part, on trouve un enseignement du fait religieux qui relève de la seule responsabilité de l’école. Cependant, la plupart des cantons connaissent une certaine collaboration entre l’école et les communautés religieuses (avant tout avec les Eglises traditionnelles).

Ecoles laïques Ecoles confessionnelles (incomplet)
Instruction religieuse sous la responsabilité de l’Etat (en collaboration avec les Eglises) Instruction religieuse sous la responsabilité des communautés religieuses Ecoles catholiques, protestantes ou chrétiennes Ecoles juives
Sans dispense Avec dispense Instruction chrétienne
(catholique ou réformée)
Instruction islamique
Niveau primaire AG (Ethik und Religion) AI
AR (Mensch und Umwelt)
BE (Natur-Mensch-Mitwelt)
BL
FR (Religion/Bibel)
LU (Ethik und Religion)
NW (Ethik und Religion)
OW (Ethik und Religion)
SH (Individuum, Gemeinschaft
und Religion
)
SO
TI
TG (Realien)
UR (Ethik und Religion)
VD
VS
ZG (Ethik und Religion)
ZH (en cours de modification)
AI
BL
BS (oecuménique)
GL
GR
LU
NW
OW
SG
SH
SO
SZ
TG
UR
VS
LU BE
BL
BS
TG
ZH
et autres
ZH (Noam)
Niveau secondaire I AG (Ethik und Religion)

ZH
(Religion
und Kultur
,
dès 2007)
AI
AR
BE (Natur-Mensch-Mitwelt)
FR
LU
AI
BL
BS
BE
GL
GR
LU
NW
OW
SG
SH
SO
SZ
TG
UR
VS
ZH
Gymnases confessionnaux dans plusieurs cantons
Niveau secondaire II
écoles préparant à la maturité (Maturitäts-schulen)
"Religion" comme option complémentaire selon le règlement de reconnaissance de la maturité (1995) dans plusieurs cantons Gymnases confessionnaux dans plusieurs cantons

(AG) Argovie ; (AI) Appenzell Rhodes-Intérieures ; (AR) Appenzell Rhodes-Extérieures ; (BE) Berne ; (BL) Bâle-Campagne ; (BS) Bâle-Ville ; (FR) Fribourg ; (GL) Glaris ; (GR) Grisons ; (LU) Lucerne ; (NW) Nidwald ; (OW) Obwald ; (SG) Saint-Gall ; (SH) Schaffhouse ; (SO) Soleure ; (SZ) Schwyz ; (TG) Thurgovie ; (TI) Tessin ; (UR) Uri ; (VD) Vaud ; (VS) Valais ; (ZG) Zoug ; (ZH) Zurich.

Voir notamment : Belliger, Andrea u.a. : Staatlicher und kirchlicher Religionsunterricht an den öffentlichen Schulen der Deutschschweizer Kantone : 2002, Luzern : Zentralschweizerischer Beratungsdienst.

15 décembre 2012