eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Portugal » Données socio-religieuses » Principales religions et Églises

Principales religions et Églises

Une forte identité religieuse

Que ce soit au début de son histoire (Ancien Régime), pendant l’époque libérale ou sous la République, le Portugal a toujours présenté des caractéristiques que l’on retrouve aujourd’hui. D’une part, il (...)

Que ce soit au début de son histoire (Ancien Régime), pendant l’époque libérale ou sous la République, le Portugal a toujours présenté des caractéristiques que l’on retrouve aujourd’hui. D’une part, il existe une identité religieuse qui se mélange, de manière quasi symbiotique, avec l’identité culturelle de la nation. D’autre part, les factions politiques et culturelles se sont presque toujours opposées à une partie significative du clergé catholique.

Lors des recensements effectués au 20e siècle, environ 5000 Portugais affirmaient ne pas être de confession catholique. On comprend ainsi qu’au début de la République la diversité religieuse était presque inconnue au Portugal.

Cependant, après les années 1930, l’Estado Novo (Etat Nouveau) a réaffirmé la force de la religion catholique dans la nation. Tout en mettant l’accent sur la liberté religieuse, héritage qu’il était impossible d’abandonner depuis la Première République, il allait de soi à cette époque, et cela même au sein des programmes scolaires, que la nation avait une seule religion : le catholicisme.

Il existe 20 diocèses au Portugal, regroupés dans trois provinces ecclésiastiques : Braga, Lisbonne et Evora.

D 28 septembre 2012    AJosé Carlos Calazans ALuís Seabra Melancia APaulo Jorge Soares Mendes Pinto

La situation actuelle

La religion la plus importante reste l’Eglise catholique romaine. Selon le dernier recensement de 2011, 81 % des Portugais sont catholiques, 3,6 % appartiennent à une autre religion et 6,8 % sont (...)

La religion la plus importante reste l’Eglise catholique romaine. Selon le dernier recensement de 2011, 81 % des Portugais sont catholiques, 3,6 % appartiennent à une autre religion et 6,8 % sont sans religion.

Pour en savoir plus, voir l’article "Religions and Secularism in Portugal : mainly a lingering monotheism" (septembre 2015) de H. Machado Jorge sur le site O-Re-La.

D 17 septembre 2015    AHelena Vilaça AMaria João Oliveira

Étude « Identités religieuses dans la région métropolitaine de Lisbonne » (2018)

L’étude « Identités religieuses dans la région métropolitaine de Lisbonne », a été dirigée par le Prof. Alfredo Teixeira et a été publiée par la Fondation Francisco Manuel dos Santos (Portugal). Elle a été (...)

L’étude « Identités religieuses dans la région métropolitaine de Lisbonne », a été dirigée par le Prof. Alfredo Teixeira et a été publiée par la Fondation Francisco Manuel dos Santos (Portugal). Elle a été réalisée pour le CITER - Centre de Recherche en Théologie et Sciences de Religion, avec le soutien de la Sainte Maison de la Miséricorde de Lisbonne et du Patriarcat de Lisbonne.

L’étude a été développée par les chercheurs Alfredo Teixeira (Université Catholique Portugaise), Helena Vilaça (Université de Porto), Jorge Botelho Moniz (Université Nova de Lisbonne), José Pereira Coutinho (Númena), Margarida Franca (Université de Coimbra) et Steffen Dix (Université Catholique Portugaise).

La diversité religieuse au Portugal est fortement concentrée dans la région métropolitaine de Lisbonne. D’après l’étude « Identités Religieuses au Portugal » (2011-2012), elle présente la plus grande concentration de mouvements religieuses minoritaires (non-catholiques) et de mouvements de non-appartenance religieuse. La singularité de la région métropolitaine de Lisbonne en fait un véritable laboratoire de la diversité religieuse au Portugal.

Positions religieuses dans la région métropolitaine de Lisbonne (pourcentages) (2018)

Source : « Identités religieuses dans la région métropolitaine de Lisbonne » (CITER, 2018)

Les données sur les catholiques confirment ce qui a été observé dans l’enquête de 2011, en suggérant qu’il y a une diminution de son importance relative. Bien que plus de la moitié de la population se déclare catholique (54,9 %), le poids relatif des individus qui déclarent n’appartenir à aucune religion est de plus en plus important (environ 35 %). Dans ce groupe, le poids des non-croyants s’élève à 21,8 % et le groupe des croyants sans religion a plus que doublé en moins de 10 ans et atteint maintenant 13,1 %. Par rapport à l’étude de 2011, le nombre de catholiques est tombé à presque 13 %, tandis les croyants sans religion et les individus non religieux ont augmenté de 7 %. Les groupes religieux minoritaires (9,2 %) ne sont pas trop considérables, même dans la région du pays la plus diversifiée sur le plan religieux. Concernant les chrétiens non catholiques notamment, les Évangéliques et Témoins de Jéhovah, sont les plus représentés (environ 7 %).

Résumé des principales conclusions

  • 64,7 % des répondants appartiennent à une religion.
  • 9,2 % des répondants s’identifient à une religion non catholique.
  • La municipalité de Lisbonne a le taux le plus élevé d’individus sans religion (40 %).
  • Les régions du Nord et du Sud du Tage et de la Péninsule de Setúbal ont les pourcentages les plus élevés des groupes religieux minoritaires chrétiens et non chrétiens (10,3 et 9,6 %, respectivement).
  • 2/3 des répondants ont suivi une éducation religieuse à l’école.
  • Pendant l’enfance, 2/3 et 3/4 de leurs pères et mères étaient catholiques, respectivement.
  • 50,4 % de la population n’a jamais changé de religion.
  • 23,8 % des répondants ne sont plus pratiquants, mais ont continué à croire.
  • La non concordance avec les doctrines ou les codes moraux est la principale raison de la non croyance des individus sans religion.
  • Les pratiques du week-end les plus récurrentes sont celles liées à l’espace domestique – repos (45,2 %) ou prendre soin de la maison (34,4 %).
  • 25,5 % des répondants participent habituellement (une ou deux fois par mois) à un service de culte dans une église ou un temple.
  • Plus de la moitié des répondants n’ont pas parlé de questions religieuses le mois dernier.
  • Près de 91 % des répondants n’ont jamais ressenti de discrimination en raison de leur position religieuse.
  • 49,3 % des répondants ont une pratique régulière de la prière.
  • 67 % des croyants qui appartiennent à une religion fréquentent des lieux de culte situés dans leur région de résidence.
  • Les sans religion sont le groupe le plus jeune en ce qui concerne l’âge et avec le plus haut niveau d’éducation.

D 8 janvier 2019    AHelena Vilaça AJorge Botelho Moniz

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2019 eurel - Contact