eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Pays-Bas > Repères historiques > Parcours historique

Parcours historique

Laïcité et coopération

Les Pays-Bas n’ont ni religion d’État, ni politique de reconnaissance officielle des confessions religieuses. Cependant, la relation entre l’État néerlandais et la religion a toujours été caractérisée (...)

Les Pays-Bas n’ont ni religion d’État, ni politique de reconnaissance officielle des confessions religieuses. Cependant, la relation entre l’État néerlandais et la religion a toujours été caractérisée par une implication importante de l’État concernant l’expression religieuse dans la vie publique. En 1917, par exemple, la "guerre scolaire"’ s’est conclue par l’adoption de l’article 23 de la Constitution néerlandaise, établissant le financement total par l’État des écoles avec une identité religieuse (chrétienne), tout en protégeant la liberté de ces écoles de déterminer leurs programmes d’études. Cette disposition a jeté les bases de la "pilarisation" néerlandaise (verzuiling). Sous ce système, la société a été profondément divisée en groupes religieux et idéologiques distincts et antagonistes. Une démocratie stable a été rendue possible grâce à une coopération globale au niveau des élites et en accordant à chaque groupe autant d’autonomie que possible. Les immigrés musulmans ont utilisé ce qui restait du modèle des piliers, selon lequel les organisations religieuses étaient toujours considérées comme une forme légitime de représentation et d’organisation communautaire. Les musulmans ont les mêmes droits que les autres groupes religieux et, s’ils s’appuient sur les mêmes principes que ceux appliqués aux autres groupes religieux, comme les chrétiens, ils peuvent obtenir la reconnaissance de leurs revendications (mais bien souvent après une importante lutte).
Cependant, à partir des années 1960, le glissement progressif vers une société plus sécularisée aux Pays-Bas a conduit à l’émergence de leaders d’opinion et de politiciens qui défendent les perspectives laïques de la société néerlandaise, utilisant le mot "laïque" non seulement d’une façon descriptive, mais aussi d’une façon normative pour se référer à une partie de la politique identitaire de la société néerlandaise.

28 septembre 2012

Histoire de la religion aux Pays-Bas

La Constitution de 1814 est un nouveau point de départ des relations entre l’Église et l’État. La Constitution de 1814, et surtout celle de 1815, contenaient l’idée que l’État ne devait pas se mêler de (...)

La Constitution de 1814 est un nouveau point de départ des relations entre l’Église et l’État. La Constitution de 1814, et surtout celle de 1815, contenaient l’idée que l’État ne devait pas se mêler de l’organisation de l’Église. Mais en réalité, l’État était toujours activement impliqué dans les questions ecclésiastiques. Dans la version révisée de la Constitution de 1848, le chapitre sur la religion a été modernisé. Cette révision a incité l’Église catholique romaine à rétablir sa hiérarchie aux Pays-Bas, objectif atteint en 1853. La même année, la loi sur les organismes religieux a été adoptée. Son principal mérite était d’accorder explicitement aux Églises la liberté de leur organisation interne. Cette loi est restée en vigueur jusqu’en 1988. La période suivante a été essentiellement consacrée à la consolidation des relations institutionnelles entre l’Église et l’État. En 1983, la Constitution a été révisée et comporte de nouveaux droits fondamentaux, incluant un large choix de droits sociaux. Elle consacre une nouvelle formulation des droits fondamentaux qui étaient déjà protégés et de la liberté de religion. En 1983, la Constitution protège également la liberté de non-croyance religieuse.

28 septembre 2012