eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » France » Données socio-religieuses » Principales religions et Églises

Principales religions et Églises

Panorama de l’implantation religieuse

Il est difficile de connaître exactement la composition religieuse de la population française : les seules informations disponibles concernant l’appartenance religieuse proviennent des sondages (...)

Il est difficile de connaître exactement la composition religieuse de la population française : les seules informations disponibles concernant l’appartenance religieuse proviennent des sondages d’opinion, dont les résultats restent toujours des estimations (voir le chapitre provenance des données).

La laïcité est un principe de rang constitutionnel en France. Mais la France a longtemps été un pays presque exclusivement catholique, et reste marquée par cette culture : nombre de jours fériés ont par exemple leur origine dans les enseignements de l’Église catholique. On peut noter également que la Bible vient en première place des livres cités comme "livre fondateur" en France (sondage TNS-SOFRES pour la SNCF de juillet 2004, intitulé "Les livres fondateurs des Français"), et que 37 % des foyers français possèdent une Bible (sondage IPSOS pour ABF 2010, les Français et la Bible).
Les sondages les plus récents confirment la place dominante des catholiques en France (61 % selon les résultats du sondage IFOP de 2011, les Français et la croyance religieuse).

On note cependant la diminution constante du nombre de catholiques depuis une cinquantaine d’années (il était encore de 81 % en 1965, rappel dans le sondage IFOP de 2010 le catholicisme en France). Et bien que la France compte, aujourd’hui encore, plus de personnes déclarant croire en Dieu (56 %) que de personnes déclarant ne pas y croire (sondage IFOP les Français et la croyance religieuse d’avril 2011), ce chiffre a cependant sensiblement diminué depuis 1947 où il était de 66 %. L’Église catholique elle-même, cependant, anticipe une baisse de ses membres (voir un article de La Vie).

D’autres groupes religieux, numériquement moins importants mais dont certains sont en augmentation, marquent également le paysage français : un sondage Sociovision de 2014 fournit les chiffres suivants : 48 % des Français se déclarent catholiques, 6 % musulmans, 2 % protestant, 1 % juifs, 1 % bouddhistes, 1 % d’une autre religion. Pour ces derniers, on sait qu’il se trouve en France un certain nombre d’hindouistes, de chrétiens orthodoxes ou d’Églises chrétiennes orientales, de témoins de Jéhovah, ainsi que de nombreux groupes de type "nouveaux mouvements religieux".
Toujours selon ce sondage, l’éventail du rapport à la religion montre 10% de pratiquants, 36% de croyants non pratiquants, 14% se disant rattachés à une communauté sans être croyants, et 39% se disant "rien de tout cela".
L’enquête Trajectoires et origines, bien que s’intéressant avant tout aux populations immigrées, fournit des informations sur l’appartenance religieuse.

Le nombre de personnes sans convictions religieuses est en augmentation. La France arrive au 6ème rang des pays en nombre total d’athées (2 733 000) et au 9e rang en pourcentage (4,2 %) en 2016 (Brian J. Grim, Tood M. Johnson, Vegard Skirbeck, et al., Yearbook of International Religious Demography 2017, Leiden : Brill, 2017, p. 16).

Pour plus de détails, voir les rubriques autres groupes religieux et minorités religieuses.
Voir aussi :
- A.-L. Zwilling, "The struggle for laïcité in France" sur le site O-re-la.
- OBSERVATOIRE DE LA LAÏCITÉ, Étude sur la visibilité et l’expression religieuses dans l’espace public en France, juillet 2019.

D 4 septembre 2017    AAnne-Laure Zwilling

Enquête sur les valeurs 2018

Les résultats de l’enquête européenne sur les valeurs (European Values Study) 2018 pour la France sont analysés dans un ouvrage récent, dont une partie est consacré aux questions de religion. Cette (...)

Les résultats de l’enquête européenne sur les valeurs (European Values Study) 2018 pour la France sont analysés dans un ouvrage récent, dont une partie est consacré aux questions de religion.
Cette enquête confirme la baisse considérable de l’appartenance au catholicisme en France. Cette tendance, visible dans toutes les études et enquêtes, est clairement confirmée par la comparaison des résultats de la première enquête sur les valeurs, en 1981, où ce taux d’appartenance était de 70 %, avec ceux de 2018 où il n’est plus que de 32 %.
Deux autres tendances, que l’on pouvait pressentir, sont établies par cette analyse.
D’abord, l’importance du nombre de personnes se déclarant « sans religion », qui constituent en 2018 58 % des répondants. Ce groupe est encore mal connu, mêlant des personnes convaincues voire militantes de l’athéisme à des individus plus indifférents, ou encore d’autres qui croient en Dieu (25 % des sans religions l’affirment) mais prennent leur distance avec les institutions religieuses.
Enfin, le nombre de personnes appartenant à des groupes religieux minoritaires est en hausse. 3 % des répondants disaient appartenir à une minorité religieuse en 1981 ; ils sont 10 % en 2018. Ces minorités comprennent surtout des musulmans (6 %) mais également des protestants (2 %), dont ceux issus des milieux évangéliques constituent désormais la majeure partie.

Source : Claude Dargent et Olivier Galland, « La religion en mouvement », in Pierre Bréchon, Frédéric Gonthier, Sandrine Astor (dir.), La France des valeurs. Quarante ans d’évolutions, Presses universitaires de Grenoble, 2019.

D 9 juin 2019   

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2019 eurel - Contact