eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Grèce > Religion et société > Minorités religieuses

Minorités religieuses

Présentation générale

Cette rubrique commente la présence sociale des minorités religieuses présentes en Grèce. Pour plus d’information sur les religions en Grèce, voir la rubrique Données socio-religieuses. Pour plus (...)

Cette rubrique commente la présence sociale des minorités religieuses présentes en Grèce. Pour plus d’information sur les religions en Grèce, voir la rubrique Données socio-religieuses.

  • Pour plus d’information, voir Mineurel, site d’information sur les minorités religieuses, sur la Grèce.
5 mars 2012

Le statut des minorités religieuses

Seule la minorité musulmane bénéficie d’un statut spécifique et est reconnue en tant que personne juridique de droit public. Le Ministère des Affaires Religieuses est responsable de la nomination des (...)

Seule la minorité musulmane bénéficie d’un statut spécifique et est reconnue en tant que personne juridique de droit public.
Le Ministère des Affaires Religieuses est responsable de la nomination des deux muftis (Komotini et Xanthi) en Thrace occidentale mais cette nomination est contestée par la minorité. Les autres groupes religieux minoritaires, y compris les catholiques, sont reconnus en tant qu’associations privées uniquement, ce qui a souvent posé problème, notamment en ce qui concerne la protection de leurs biens.
En effet, l’autorisation du Ministre de l’Education nationale (qui s’appuie sur l’avis de l’Eglise orthodoxe) et des Affaires Religieuses est nécessaire pour obtenir l’autorisation de construire ou de créer une église ou un autre lieu de prière. Il faut que la religion soit reconnue ; son culte ne peut pas être contraire à l’ordre public ou à la morale, et il ne doit pas exercer de prosélytisme. Compte tenu de la législation grecque sur le prosélytisme (article 13 de la Constitution), plusieurs cas (par ex. pour des Témoins de Jéhovah ou pour des Catholiques) de rejet des autorisations par l’Etat grec ont été jugés à la Cour Européenne (par ex. Manousakis vs. Grèce en 1996). Dans la même perspective, les Témoins de Jéhovah ont été souvent poursuivis en Grèce pour prosélytisme ; là encore, il y a plusieurs jugements de la Cour Européenne (par ex. Kokkinakis vs. Grèce en 1992).

19 septembre 2012

Un cas spécifique : les musulmans de Thrace

Le cas spécifique des musulmans vivant en Thrace, au nord de la Grèce, est réglé par le Traité de Lausanne de 1923. Celui-ci stipule l’obligation pour la Grèce (et la Turquie pour les non-musulmans) de (...)

Le cas spécifique des musulmans vivant en Thrace, au nord de la Grèce, est réglé par le Traité de Lausanne de 1923. Celui-ci stipule l’obligation pour la Grèce (et la Turquie pour les non-musulmans) de préserver la liberté religieuse, linguistique et éducative des minorités religieuses.
La minorité musulmane de Thrace montre un visage homogène, mais est divisée sur le plan linguistique entre les trois groupes qui la composent : musulmans d’origine turque, Pomaks et Roms. Les écoles minoritaires, principalement des écoles primaires mais aussi deux lycées, délivrent un enseignement uniquement en turc. Depuis quelques années, un quota est établi pour l’accès à l’enseignement supérieur des ressortissants grecs de confession musulmane.

19 septembre 2012