eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe

Tweeter Rss

Accueil > Grèce > Repères historiques > Chronologie

Chronologie

Quelques dates clés

330 : L’empereur Constantin transfère la capitale de l’empire de Rome à Constantinople.
380 : Le christianisme devient la religion officielle de l’empire.
1054 : La rupture entre l’orthodoxie orientale et le catholicisme romain est formalisée avec les anathémisations mutuelles et le grand schisme entre les deux Eglises.
1204 : Quatrième croisade ; le pillage de Constantinople a donné une image négative de l’Eglise catholique romaine au sein du monde orthodoxe et a davantage creusé les divisions entre l’Orient et l’Occident, en matière politique aussi bien que culturelle.
1453 : Chute de Constantinople et passage de l’Empire byzantin à l’Empire ottoman. Pendant la domination ottomane, le patriarcat de Constantinople assure l’administration ecclésiastique et politique du millet orthodoxe tout en garantissant sa soumission au Sultan.
1821 : Commencement de la lutte d’indépendance grecque contre l’Empire ottoman dans le Péloponnèse. Exécution du patriarche oecuménique par le Sultan en dépit du fait qu’il ait condamné le soulèvement.
1822 : L’Assemblée nationale d’Epidaure reconnaît la Grèce comme Etat indépendant.
1831 : Les grandes puissances reconnaissent officiellement la Grèce comme un Etat indépendant
1833 : Le roi Othon (fils de Ludwig I de Bavière) arrive en Grèce pour régner sous les tutelles anglaise, française et russe. L’Eglise de Grèce est établie par l’Etat avec le statut de personne morale de droit public. En raison de cet acte non canonique, l’Église grecque a été considérée comme schismatique par son autorité canonique légitime, le Patriarcat de Constantinople.
1850 : Abrogation du schisme entre Constantinople et Athènes
1850-1900 : De "nouveaux" territoires, y compris la Thessalie et les Iles Ioniennes, sont progressivement intégrés à l’Etat grec.
1912-1913 : La guerre éclate dans les Balkans. Les territoires du sud de la Macédoine et de l’Épire sont incorporés à la Grèce.
1923  : Traité de Lausanne et "échange de populations" entre la Grèce et la Turquie. Tous les sujets chrétiens orthodoxes de Turquie, sauf ceux qui vivent à Istanbul et sur les îles de Imbros et Ténédos, furent contraints d’émigrer en Grèce.
1941-1944 : la Grèce est sous occupation nazie. Naissance d’un puissant mouvement partisan.
1944 : Libération d’Athènes.
1944-1949 : Eruption de la guerre civile grecque entre les forces politiques de droite (dont une partie a activement collaboré avec les nazis) et de gauche.
1946-1974 : Interdiction du Parti communiste
1967 : Coup d’état militaire.
1974 : Chute de la junte militaire.
1975 : Nouvelle Constitution. Création de partis politiques démocratiques.
1981 : La Grèce est admise dans la Communauté européenne. A. Papandréou forme le premier gouvernement socialiste du pays.
2001 : La Grèce entre dans la zone euro.
2009 : Crise financière. La Grèce est sous la surveillance de la « troïka » (la Commission européenne, la banque centrale européenne et le FMI, Fonds Monétaire International).
2012 : Elections. Redéfinition de la politique intérieure. Fin du bipartisme. La conjoncture politique a changé : la gauche s’autoproclame « opposition loyale », le parti néo-nazi « Aube dorée » rencontre un important succès électoral.

6 novembre 2013