eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe

Tweeter Rss

Accueil > Chypre > Données socio-religieuses > Géographie religieuse

Géographie religieuse

Deux régions religieuses homogènes

En 1960, Chypre devint une République indépendante, mais sous la protection de son ancienne puissance coloniale la Grande-Bretagne, de la Grèce et de la Turquie, ces deux dernières représentant les patries des deux principaux groupes ethno-confessionnels de l’île (les Chypriotes grecs et les Chypriotes turcs - pour plus de détails, voir le chapitre histoire). Les Chypriotes grecs représentaient 74% de la population et les Chypriotes turcs 18%. Les chrétiens maronites, arméniens et les catholiques romains composaient le reste des groupes minoritaires. Les Chypriotes grecs et turcs étaient dispersés sur toute l’île. La vie politique de la république était tumultueuse, des violences intercommunautaires entre la majorité chypriote grecque et la minorité chypriote turque s’étant déclarées en 1963-64. Par la suite, les forces de l’ONU arrivèrent sur l’île ; les Chypriotes turcs restèrent barricadés dans diverses enclaves ethniques.

Après 1963, les représentants de la minorité chypriote turque ont cessé de participer au gouvernement et les deux communautés se sont lancées dans une série de négociations intercommunautaires en vue de résoudre la situation. Cependant, en 1974, les Chypriotes grecs ultra-nationalistes - avec le soutien de la dictature militaire en Grèce (1967-1974) et du régiment militaire grec présent à Chypre - ont réussi à renverser le président de la République Monseigneur Makarios. Craignant que le nouveau régime ne tente d’unifier Chypre avec la Grèce, la Turquie a invoqué les clauses des accords de 1960 pour intervenir militairement et a occupé environ 38% de l’île après deux actions militaires successives. A cette occasion, d’importants mouvements de population ont eu lieu : les Chypriotes turcs se sont enfuis au Nord (dans les zones sous contrôle militaire turc), tandis que les Chypriotes grecs ont fui au Sud (dans les zones situées en dehors du contrôle militaire turc). Le résultat final de l’invasion fut le "nettoyage ethnique" d’une île préalablement hétérogène d’un point de vue ethnique et religieux.

Deux régions religieusement homogènes - le Nord et le Sud - ont ensuite été créées. Dans le Sud, la République de Chypre a gardé la population chypriote grecque : elle est majoritairement orthodoxe orientale (voir les statistiques religieuses). Elle reste à ce jour le seul État internationalement reconnu sur l’île (et membre de l’UE depuis 2004). Le Nord est devenu la patrie de facto des Chypriotes turcs et de nombreux immigrés turcs. Il a été déclaré unilatéralement en 1983 République turque de Chypre du Nord (RTCN), mais cela n’a pas été reconnu sur le plan international (à l’exception de la Turquie).

La population de la RTCN est majoritairement musulmane. Les informations fournies sur ce site concernent la République de Chypre après 1974, qui est l’État internationalement reconnu sur l’île.

12 septembre 2012