eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » France » Repères historiques » Parcours historique » La Réforme et les guerres de religion

La Réforme et les guerres de religion

Au XVIe siècle, la Réforme gagne la France. Sous François 1er (1515-1547), puis Henri II (1547-1559), on passe de la tolérance aux persécutions. Néanmoins, le calvinisme s’est répandu en France (le premier synode des calvinistes se tient à Paris en 1559).
Les violences des deux partis déclenchent cependant les guerres de religion (1562-1598), qui deviennent une guerre internationale. Après la défaite des Espagnols (traité de Vervins), les passions religieuses doivent faire place à un compromis : la paix religieuse, avec Henri IV (1589-1610), établit pour la première fois la tolérance religieuse (Edit de Nantes, 1598).

La Guerre de trente ans (1618-1648) est un conflit aux origines multiples, mais marqué surtout par l’opposition religieuse et politique entre catholiques et protestants. Ces conflits impliquent la plupart des puissances européennes, à l’exception notable de l’Angleterre et de la Russie. La France entra véritablement dans le conflit en 1635, dans une guerre qui fut particulièrement destructrice en Alsace.
A la fin de la guerre, le Traité de Westphalie (24 octobre 1648) transforme durablement l’organisation de l’Europe. Il augmente considérablement la puissance de la France, qui bénéficie de plusieurs gains territoriaux sur ses frontières : les Trois-Évêchés (Metz, Toul et Verdun, qui étaient sous tutelle française depuis 1552) sont officiellement rattachés, ainsi que l’Alsace, l’Artois et le Roussillon notamment. Les annexions continueront par la suite, les dernières villes, dont Strasbourg, seront annexées en 1681).

L’époque de pacification et de restauration du pays qui suivit la guerre de Trente ans va renforcer l’autorité royale, et Louis XIV (1643-1715) devient même chef temporel de l’Eglise. Mais l’absolutisme aboutit aux mesures antiprotestantes de Richelieu (secrétaire d’Etat en 1616, entre au Conseil du roi en 1624), puis à la révocation de l’Edit de Nantes (1685).
C’est à nouveau une période de persécutions religieuses, s’exerçant envers les protestants et les jansénistes. Elles provoquent un important exode de protestants qui trouvent refuge notamment aux Pays-Bas, en Angleterre et en Allemagne.

D 24 septembre 2012    AAnne-Laure Zwilling

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2019 eurel - Contact