eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Protestants

La plus importante confession religieuse protestante de la République d’Irlande est l’Église d’Irlande, qui appartient à la Communion anglicane. Bien qu’ayant toujours été une Église minoritaire en Irlande, elle était l’Église établie jusqu’en 1871. Selon le recensement de la population, 115 611 personnes déclaraient appartenir à cette confession en 2002, représentant moins de 3 % de la population totale. Ce chiffre est quelque peu supérieur à celui issu des registres locaux d’affiliation des Églises. L’Église d’Irlande est organisée sur l’ensemble du territoire d’Irlande, la majeure partie de ses fidèles vivant en Irlande du Nord. En termes de taille, la seconde confession est l’Église presbytérienne avec 20 582 personnes, représentant un demi pourcent de la population. On recense également quelques méthodistes, orthodoxes et pentecôtistes.
Par l’histoire, les protestants en République d’Irlande font partie plus largement de la population protestante de l’ensemble de l’île d’Irlande. Leurs origines les plus éloignées remontent aux vagues de colonisation en provenance de Grande-Bretagne, particulièrement au 17e s. Ils s’opposèrent aux Irlandais gaéliques de souche qui continuaient d’adhérer à la foi catholique romaine. La caractéristique la plus marquée de la population protestante au sein de l’État irlandais indépendant est son déclin numérique. Entre le recensement de 1911 et celui de 1926 le nombre de protestants (trois principales confessions) dans ce qui constitue désormais la République d’Irlande est passé de 311 461 à 207 307. Ce déclin s’est poursuivi depuis, mais à un rythme moins soutenu, pour atteindre en 1991 le nombre de 107 423. Cette tendance s’est toutefois inversée entre 1991 et 2002, ce qui peut être attribué à l’immigration.
Durant le vingtième siècle, les Irlandais protestants ont été particulièrement préoccupés par les règles strictes de l’Église catholique concernant les mariages mixtes, qui requéraient la conversion et un engagement prénuptial concernant l’éducation catholique des enfants. Jusque dans les années 1970, la grande majorité des enfants issus de mariages mixtes étaient élevés dans la foi catholique. Depuis, dans la ligne de Vatican II, les règles de l’Église catholique ont été largement assouplies, ce qui a grandement amélioré les relations entre catholiques et protestants. L’Église d’Irlande continue de posséder et de diriger, à l’aide de subventions publiques, des établissements d’enseignement primaire et secondaire, que fréquentent la plupart de ses membres, et qui sont également très largement fréquentés par des catholiques.

D 21 septembre 2012    ARichard O’Leary

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2019 eurel - Contact