eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Suisse » Questions et débats actuels » 2020 » Le coronavirus et la vie religieuse en Suisse

Le coronavirus et la vie religieuse en Suisse

En Suisse, la pandémie liée au Covid-19 a entraîné divers changements dans la vie religieuse et spirituelle. Durant deux mois, les lieux de culte ont dû fermer leurs portes, favorisant des réaménagements de pratiques et l’émergence de nouvelles interprétations.

Dans l’église catholique, par exemple, il est habituellement extrêmement rare que les femmes prennent la parole durant les offices religieux. Cependant, en raison de l’impossibilité de se rendre à des célébrations et de l’absence de prêtre, certaines cérémonies comme l’eucharistie ont été l’occasion d’innovation et ont permis aux femmes de prendre la parole.

En effet, les cérémonies religieuses, toutes confessions confondues, ont pour la majorité été annulées pendant plusieurs mois avant de pouvoir reprendre sous certaines conditions le 28 mai. En revanche, les funérailles étaient autorisées mais uniquement dans l’intimité des familles. Ces restrictions ont débouché sur des ajustements et des solutions créatives pour accompagner les familles endeuillées.

La crise sanitaire donne aussi lieu à diverses interprétations du monde, de l’individu et du virus. Le Centre intercantonal d’information sur les croyances affirme que les courants comme les télévangélistes ou encore les témoins de Jéhovah s’appuient sur une interprétation apocalyptique et associent le virus à une punition divine qui confirmerait ainsi les écrits bibliques. Par ailleurs, des milieux spirituels New-Age et néo-chamanique interprètent le virus de manière différente, où l’humanité serait perçue comme « un énorme coronavirus pour la planète ».

D 7 juillet 2020    ANatalie Aberer

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2020 eurel - Contact