eurel

Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà

Tweeter Rss

Accueil > Roumanie > Questions et débats actuels > 2018 > La Grande Mosquée de Bucarest ne sera pas construite

La Grande Mosquée de Bucarest ne sera pas construite

  • Juillet 2018 : La Grande Mosquée de Bucarest ne sera pas construite

Le Conseil roumain du culte musulman a déclaré qu’il avait abandonné l’idée d’élever une des plus grandes mosquées dans un pays chrétien, à Bucarest, comme annoncé il y a trois ans (voir Archives des débats, octobre 2016). La raison invoquée a été le manque de fonds.

En 2015, l’État roumain avait donné au culte musulman de Roumanie un terrain de 11 000 mètres carrés, sur une période de 49 ans, pour la construction d’une mosquée et d’un centre culturel. La seule condition était que l’investissement commence dans les trois ans. L’idée d’élever une mosquée dans la capitale roumaine, compte tenu des proportions gigantesques du projet, a provoqué des vagues d’insatisfaction dans la société roumaine.
A cette époque, le Mufti avait déclaré que les fonds nécessaires pour la construction de la mosquée, d’environ trois millions d’euros, seraient payés par l’État turc. Au bout de trois ans, lorsque la date limite pour commencer le projet a été atteinte, le Mufti a annoncé que le projet d’élever cette mosquée dépassait de beaucoup le budget prévu.

Cependant, des observateurs avisés de la vie publique roumaine ont suggéré que les raisons de l’abandon de la construction de la mosquée pourraient être autres, le manque de fonds n’étant qu’un prétexte.
L’une des raisons peut être la réticence d’une partie de la société roumaine face au projet de la construction d’une mosquée qui, par sa taille, peut avoir le statut de symbole, dans la capitale d’un pays majoritairement chrétien. Cette réticence s’explique par rapport au passé historique conflictuel entre les deux États auquel s’ajoute la peur diffuse actuelle du terrorisme islamique.
De même, la raison de la politisation du sujet peut être plausible. L’arrêt du financement de la mosquée par l’État turc reflètent, soit de vraies difficultés financières du régime d’Ankara, soit le fait qu’Ankara s’est rendu compte que la mosquée risquait de perturber les relations avec la Roumanie, un partenaire stratégique de l’État turc à la fois bilatéralement et dans l’alliance de l’OTAN.

Le Conseil roumain du culte musulman a également annoncé qu’il avait restitué le terrain à l’État roumain, signe que le projet d’une grande mosquée à Bucarest est pour le moment abandonné.

Pour en savoir plus, voir l’article d’Adevărul (en roumain).

18 juillet 2018