eurel     Données sociologiques et juridiques sur la religion en Europe et au-delà
Vous êtes ici : Accueil » Chypre » Religion et société » Action sociale et religion » Les marchés communautaires gérés par l’Eglise

Les marchés communautaires gérés par l’Eglise

En 2012, juste après que Chypre ait été touchée par la crise financière, le Saint Archevêché de Chypre ouvrait le premier marché communautaire destiné aux familles éprouvant des difficultés à subvenir à leurs besoins de base. Des denrées alimentaires (haricots, spaghettis, lait de longue conservation, farine, riz, céréales, etc.) et des produits d’hygiène étaient distribués chaque mois aux familles à faibles revenus. L’impact de l’Eglise sur la société est renforcé par la manière personnalisée dont elle soutient les familles nécessiteuses. Son site internet(en grec) explique en détail la procédure de fonctionnement des marchés communautaires. Les familles démunies qui appartiennent aux paroisses de la région de Nicosie doivent rencontrer le prêtre de leur paroisse dans le cadre d’une consultation, afin de lui demander de l’aide. Le prêtre examine chaque cas particulier et établit une liste de noms. Sur la base de cette liste, l’archevêque prépare chaque mois un paquet de vivres, à collecter par les prêtres.

Il existe actuellement 52 marchés communautaires opérant à Chypre, dont 12 sont contrôlés par les évêchés et les monastères de l’Église (voir la liste complète ici), en collaboration avec les communes. Les entreprises, les organisations et les particuliers contribuent également au travail caritatif de l’église, soit par des fonds, soit par des dons.

Dans un récent entretien, l’archevêque a déclaré qu’environ 10 000 personnes recevaient quotidiennement de la nourriture de l’Église, mais aucune information sur les coûts n’a été donnée. Un article sur l’évêché de Limassol, publié dans un journal local, indique que 400 familles reçoivent chaque mois des colis alimentaires et qu’environ 900 personnes - étudiants et chômeurs - sont nourries quotidiennement dans l’évêché. Cela coûte pas moins de 65 000 euros par mois. Outre des soupes populaires, l’évêché dispose d’un centre de soutien psychologique et d’accompagnement, ainsi que d’un programme de soutien aux familles monoparentales.

L’église de Chypre soutient également l’initiative du ministère de l’Education, en assurant le petit-déjeuner (sandwiches et jus) de 13 000 élèves issus de familles démunies à travers Chypre pour l’année universitaire 2014-15.

D 11 décembre 2014    AEleonora Kyriakou

CNRS Unistra Dres Gsrl

Suivez nous :
© 2002-2019 eurel - Contact